Quelques éléments de bibliographie empruntés à Marie-Noëlle Bourguet

 Science et voyage à l’époque moderne .

– Bourguet Marie-Noëlle, “L’explorateur”, in M. Vovelle ((dir.), L’homme des Lumières, P., Seuil, 1996. (35,10€)

– Bourguet Marie-Noëlle. « Voyage, mer et science au XVIIIe siècle. » Supplément à la Revue d’histoire moderne et contemporaine 44, no. 1997/1-2 (1997), pp. 39-56.

– Bourguet Marie-Noëlle, et Licoppe Christian, « Voyages, mesures et instruments: une nouvelle expérience du monde au siècle des lumières. » Annales. Histoire, Sciences sociales 52, no. 5 (1997), pp.1115-1151.

– Bourguet M-Noëlle, Licoppe Christian et Sibum H. Otto (ed.), Instruments, travel and science. Itineraries of precision from the 17th to the 20th century, London , Routledge, 2002 (introd. et ch. 3, 4, 5, 7 sur cartographie, longitude, voyages montagnards)

– Broc Numa, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, P., Ophrys, 1975 (état des connaissances et découvertes géographiques des Lumières).

– Collini Silvia, « Conseils pratiques et orientations théoriques dans les instructions pour les voyageurs (XVIIIe siècle », et Vannoni Antonella, « Les instructions pour les voyageurs : voyage, expérience et connaissance au XVIIIe siècle », in Blanckaert Claude (dir), Le terrain des sciences humaines (XVIIIe-Xxe siècles), P., L’Harmattan,1996, pp. 57-72 et 73-88

– Drouin Jean-Marc, « De Linné à Darwin: les voyageurs naturalistes », in Serres Michel (dir), Éléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, 1989, pp. 321-335.

-Driver Felix, Geography Militant. Cultures of Exploration and Empire, Londres, Blackwell, 2001 (ch. 1-3)

– Jardine Nicholas, Secord James et Spary Emma (éd.),.Cultures of Natural History, Cambridge, Cambrige University Press, 1996.

-Kury Lorelaï,, « Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830) », Revue d’histoire des sciences 51, no. 1 (1998), pp. 65-91.

– Lecoq Danielle et Chambard Antoine (éd.), Terre à découvrir, terres à parcourir, Paris, Université Paris-7, 1996, rééd. Karthala, 2000 (théories géographiques, exploration de l’Afrique, Société de géographie). (29 €)

– Moureau François (dir.), Voyager, explorer, n° spécial de Dix-huitième siècle, n° 22, 1990, pp. 1-236.

– Rivière Jean-Loup (dir.), Cartes et figures de la terre, Paris, Centre Georges Pompidou, 1980 (en part. pp. 136-149, sur mythe de la terre australe; pp. 402-411, sur carte de France).

– Spary Emma C, Le jardin d’utopie: l’histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révolution [1e éd. angl. 2000), tr. fr. Paris, Publications scientifiques du Muséum, 2005, 407 p. (en part. chap. 2,  sur Thouin et ses correspondants).

Quelques acteurs.

Bailly André, Défricheurs d’inconnu: Peiresc, Tournefort, Adanson, Saporta, Aix-en-Provence, Edisud, 1992.

Botting Douglas, Humboldt, un savant démocrate [1973], tr. fr. Paris, Belin, 1988.

Bowler P. J., Darwin, l’homme et son influence, Paris, Flammarion, 1990.

Blunt William, Linné, le prince des botanistes (1797-1778), Paris, Belin, 1986

Davis Natalie Z., « Maria Sybilla Merian, Métamorphoses », in Juive, Catholique, Protestante. Trois femmes en marge au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1997, p.169-239 (portrait d’une femme naturaliste au Surinam).

Ferrière Hervé, Bory de Saint-Vincent (1778-1846), l’évolution d’un naturaliste voyageur, Syllepse, Coll. Matériologiques, 2009.

Gaulmier Jean, L’idéologue Volney, 1755-1820, Paris, 1955.

Lacroix Alfred, Michel Adanson au Sénégal, 1749-1753, Paris, Larose, 1938.

Laissus Yves éd., Les naturalistes français en Amérique du sud, 16e-19e siècles, Paris, CTHS, 1995 (en part., parties II et III)

Laissus Yves, « Les voyageurs naturalistes du Jardin du Roi et du Muséum d’histoire naturelle : essai de portrait-robot », Revue d’histoire des sciences, t. 34, n° 3-4, 1981, p. 260-317.

Lenay Charles, Darwin, Paris, Les Belles Lettres, 1999.

Letouzey Yvonne, Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1834), Paris, Muséum d’histoire naturelle, 1989.

Pouliquen Monique, Les voyages de Jean-Baptiste Leblond, médecin naturaliste du roi, 1767-1802. Antilles, Amérique espagnole, Guyane, Paris, CTHS, 2001.

Programme et discipline du voyage

– Bourguet, Marie-Noëlle, « La collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin XVIIe siècle-début XIXe siècle) », in Le Muséum au premier siècle de son histoire (ouvr. cité § 3.), pp. 163-196.

– Collini Sylvia et Vannini Antonella, Les instructions aux voyageurs, Paris, L’harmattan, 2004.

– Kury Lorelaï, Histoire naturelle et voyages scientifiques, 1780-1830, Paris, L’Harmattan, 2001.

– Stagl, Justin, A History of Curiosity. The Theory of Travel, 1550-1800, Harwood Academic Publishers, 1995 (sur la littérature « apodémique », en particulier ch. 7 sur Volney et période révolutionnaire).

– Withers, Charles W.J., « Voyages et crédibilité. Vers une géographie de la confiance », Géographies et cultures, 33, 2000, pp. 3-17.

Expansion européenne et histoire des plantes

– Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (15e-18e), t. I: Les structures du quotidien, P., A. Colin, 1979.

– Grove Richard, « Science coloniale et naissance de l’écologie », Revue d’écologie politique, no. 2 (1992).

– ——, Green Imperialism. Colonial expansion, tropical islands edens and the origins of environmentalism, Cambridge , Cambridge University Press, 1995  (en part. ch. 5)

– Sublime indigo. Exposition Marseille, 1987, Musées de Marseille/Éditions Vilo, 1987.

– Pastoureau, Michel, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2000.

– Raj Kapil, « Histoire d’un inventaire oublié », La Recherche, 33, juillet-août 2000, p. 78-83.

– Regourd François, « Maîtriser la nature: un enjeu colonial. Botanique et agronomie en Guyane et aux Antilles (XVIIe-XVIIIe siècles) », Revue française d’histoire d’Outre-mer, no. 322-333 (1999), p. 39-64.

– Schiebinger Londa et Swan Claudia (ed.), Colonial Botany. Science, Commerce, and Politics in the Early Modern World, Philadelphia , Univ. of Pennsylvania Press , 2005 (voyages des plantes et colonisation : études de cas).

Décrire et mesurer la terre

– Costabel Pierre et lacombe H. (dir), La figure de la terre, du 18e siècle à l’ère spatiale, Paris, Gauthier-Villars, 1988 (voir le chap. sur l’expédition de Laponie et du Pérou).

– Despoix Philippe, « Mesure du monde et représentation européenne au XVIIIe siècle. Le programme britannique de la détermination de la longitude en mer », Revue d’histoire des sciences 53, n° 2 (2000), p. 205-234.

– iliffe Robert, « Ce que Newton connut sans sortir de chez lui: Maupertuis et la forme de la terre dans les années 1730 », Histoire et Mesure, 1993, 8 (3-4), p. 355-384.

– Jullien Vincent (éd.), Le calcul des longitudes, Rennes, Presses universitaires de Rennes-2, 2002 (21 €)- – LANDES David, L’heure qu’il est. Les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne [1er éd. angl. 10983], Paris, Gallimard, 1987 (ch. 9)

– Martin Jean-Pierre, La figure de la terre. Récit de l’expédition française en Laponie suédoise (1736-37), Cherbourg, 1977.

– Pelletier Monique, La carte de Cassini: l’extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, Presses de l’École des Ponts et Chaussées, 1990.

– Terrall Mary, « Représenting the earth’s shape. The polemics surrounding Maupertuis’s expedition to Lapland », Isis , 83, 1992, p. 218-337,

– –––, The Man Who Flattened the Earth. Maupertuis and the Sciences in the Enlightenment, Chicago & London , The University of Chicago Press, 2002 (en part. chap 4 et 5 : l’expédition de Laponie, ses retombées).

Grands voyages et exploration maritime : l’exemple des expéditions françaises

– Blais Hélène, Voyages au Grand Océan. Géographies du Pacifiqu et colonisation, 1815-1845. Paris, CTHS, 2005.

– Dunmore John et Brossard Maurice de, éd., Le voyage de Lapérouse, 1785-1788, P., Impr. nationale, 1985, 2 vol.

– Emmanuel Marthe, La France et l’exploration polaire. I. De Verrazano à La Pérouse (1523-1788), Paris, Nouvelles éd. latines, 1959.

– Faivre Jean-Paul, « Savants et navigateurs : un aspect de la coopération internationale entre 1750 et 1840 », Cahiers d’histoire mondiale, 1966, pp. 98-124.

– Gaziello Catherine, L’expédition de Lapérouse, 1785-1788. Réplique française aux voyages de Cook, P., CTHS, 1984.

– Richard, Hélène, Une grande expédition scientifique au temps de la Révolution française. Le voyage de d’Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse, Paris, CTHS, 1986.

– Taillemite Étienne éd., Bougainville et ses compagnons autour du monde, Paris, Impr. nationale, 1977, 2 vol.

Explorations continentales

– Bourguet Marie-Noëlle, Lepetit Bernard, Nordman Daniel et Sinarellis Maroula dir.) L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, EHESS, 1998.

– Bret Patrice éd., L’expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières, Académie des sciences, Tec&Doc, 1999.

– Foucrier, Annie,. »La preuve par les coquillages bleus : la Californie (XVIe-XVIIIe siècles), île ou péninsule ? », Genèses 40, sept. 2000, pp 33-52.

– Jacquin, Philippe, « A la recherche de la Mer de l’Ouest: l’exploration française en Amérique du Nord », in Voyager, explorer, [ouvr. cité in 4], p. 139-148.

– Surun Isabelle, Géographie de l’exploration. La carte, le terrain et le texte (Afrique occidentale, 1780-1880), thèse dactylographiée, EHESS, 2003.

Sommets montagnards et bords de mer : les nouveaux horizons du voyage

– Briffaud Serge, Naissance d’un paysage. La montagne pyrénéenne à la croisée des regards, 16e-19e siècles, Tarbes-Toulouse, 1994

– Briffaud, Serge, « Naissance d’un paysage. L’invention géologique du paysage pyrénéen à la fin du XVIIIe siècle, » Revue de synthèse, no. 3-4 (1989), pp. 419-452.

– Broc Numa, Les montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue française au XVIIIe s, Paris, CTHS, 1991.

– Corbin Alain, Le territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage (1740-1840), Paris, Aubier, 1988.

– Sigrist René et Candaux Jean-Daniel Candaux (ed), H.-B. de Saussure. Un regard sur la terre, Genève, Georg, 2001.

Rencontres et observation de l’homme : naissance de l’anthropologie

– Bachimon Philippe, Tahiti entre mythes et réalités. Essai d’histoire géographique, Paris, CTHS,1990.

– Blanckaert, Claude, « 1800 – Le moment « naturaliste » des sciences de l’homme, » Revue d’histoire des sciences humaines, no. 3 (2000), pp. 117-160.

– Bravo, Michael T., « Ethnological Encounters. » In Cultures of Natural History, edited by Nicholas Jardine, James Secord et Emma Spary,. Cambridge, Cambrige University Press, 1996, 338-357

 – Chappey, Jean-Luc, La Société des Observateurs de l’ Homme, 1799 – 1804 : des anthropologues au temps de Bonaparte, Bibliothèque d’histoire révolutionnaire; 5, Paris, Société des Etudes Robespierristes, 2002.

– Duchet Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières [1971], rééd. Paris, A. Michel, 1995.

– Sahlins Marshall, Des îles dans l’histoire, tr. fr. Paris, Gallimard/Le Seuil, 1985

 – Smith Bernard, European vision and the south Pacific, Newhaven, Yale University Press, 1988.

– —–., Imagining the Pacific. In the wake of Cook, Newhaven, Yale University Press, 1992.

– Thomas, Nicholas, Entangled objects. Exchange, Material culture, and Colonialism in the Pacific. Cambridge et Londres, Harvard University Press, 1991.

 Voyage, science et littérature

–  Andries Lise, Robinson, Paris, éd. Autrement, 1996.

– Briffaud Serge. « Le temps du paysage. Alexandre de Humboldt et la géohistoire du sentiment de la nature », dans Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Hélène Blais et Isabelle Laboulais (éd.), Paris, L’Harmattan, 2006, pp. 275-302.

– Fulford Tim, Lee Debbie et Kitson Peter J.(éd.), Literature, Science, and Exploration in the Romantic Era : Bodies of Knowledge,, Cambridge Studies in Romanticism Series. Cambridge: Cambridge University Press, 2004 (surtout sur l’exemple anglais, autour de Joseph Banks, etc.).

-Pomeau René, « Voyage et lumières dans la littérature française du XVIIIe siècle », Studies on Voltaire, LVII, 1967, p. 1269-1289.

– Pratt Mary Louise, Imperial Eyes, Travel Writing and Transculturation, London , Routledge, 1992.

– Vibard, Eric, Tahiti. Naissance d’un paradis au siècle des Lumières, Paris, Éd. Complexe, 1987.

– Weber Anne-Gaëlle, À beau mentir qui vient de loin… Savants, voyageurs et romanciers au XIXe siècle, Paris, Champion, 2004 (sur l’écriture de Cuvier, Humboldt, Darwin)

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Un exemple de voyageur naturaliste : J.-B. Bory de Saint-Vincent (1778-1846)

L’exemple d’une passion argumentée pour le voyage : le cas de Bory de Saint-Vincent (sujet de notre thèse et de notre premier ouvrage).  

Comme Stendhal, qui « ne serait plus lui-même s’il n’était saisi, inlassablement, de la folle passion de partir, de quêter les paysages et la singularité de l’ailleurs. Reiseinfieber, fièvre des voyage, disent les Allemands[1]», Bory est toujours sur le départ. Campant partout, réellement chez lui nulle part. Il goutte des pays les paysages, les productions naturelles, les femmes, quelques fois les mots (les langues ne sont pas maîtrisées mais baragouinées à l’image de l’espagnol) et l’histoire (il aime à plonger dans des considérations sur l’organisation sociale des pays visités mais dans un but essentiellement critique, pour vanter en retour la République ou du moins les bienfaits de la Révolution, notamment en matière de religiosité), et rarement la littérature ou les arts (son séjour en Prusse ne s’accompagne pas dans l’instant d’une découverte de la littérature de Schiller ni même de la musique : c’est plus tard, en prison, qu’il réclame à ses amis du dehors, des œuvres allemandes.) Les sciences et les scientifiques des régions visitées forment les centres d’intérêt, sans doute pour des raisons pratiques (les savants l’accueillent) et liés à sa volonté de partager (les fameux échanges de plantes, les longues correspondances pas toujours fidèles de son côté) de se faire connaître (la recherche de notoriété.)

Bory s’inscrit dans une histoire qui ne pourra qu’être esquissée ici dans ce post en attendant d’être confronté à ses « semblables » (dans une recherche prosopographique que l’on se propose justement d’ébaucher) : celle des voyageurs, mais surtout de l’appel des rivages lointains. Comme Gauguin et le cadre affairé du troisième millénaire, ce sont les pays ensoleillés qui l’attirent. Le mythe de Tahiti et du paradis originel habitent sa pensée comme une certitude. Il entend l’appel du Sud qui vient encore résonner sur les affiches publicitaires nous entourant, cet appel qui parcoure les littératures moroses et désabusées de ceux qui ont connu ou trop rêvés les tropiques, de Konrad à Manuel Vasquez Montalban : « Lire jusqu’à la nuit tombée, et en hiver, voyager vers le sud[2]. »

Rien n’est plus loin de Bory que les forêts impénétrables de Pologne, les plaines boueuses de la Prusse, les flancs du Brocken, les montagnes du Harz, les rives du Danube, du Weser ou de l’Oder, les villes toujours humides et froides « passées au vernis.[3] » Le grand Nord ne l’attire pas (même si la tentation de l’Islande se fait sentir pendant l’exil, elle le quittera bien vite.) Les plaines de Moscou, qu’il a entraperçues depuis Tilsit, avaient accueilli Diderot et fait rêver deux « voisins du sud-ouest » Montaigne et Montesquieu. Beyle les avait vu de trop près. Bory cherchera les fuir. Est-ce parce que les régions polaires ou froides représentent le vrai désert ou l’absence de plantes ? Bory n’aurait pas goutter les appels entendus par les héros, humains ou non, de Jack London, même vers une forêt boréale peuplée d’espèces inconnues, de cryptogames enchanteresses.    

Bory lui, ne voit dans « ses » mers du sud que promenades et bonheur : les tropiques, n’en déplaise à certains (même ceux qui sont célébrés par les médias), ne lui paraîtront jamais tristes.  Le sud est synonyme d’un bonheur partagé –le voyage autour du monde se fera avec les amis, de découverte de nouvelles espèces – la collecte éternelle et la collection à agrandir- et de gloire au retour. Car pour Bory, peut-être comme pour les voyageurs (naturalistes ou pas), l’essentiel est tout de même de rapporter quelque chose au retour. Il faut revenir pour raconter, pour partager. Quitte à repartir, indéfiniment.


[1] LACOUTURE, Jean, Stendhal, le bonheur vagabon, Paris, Seuil, 2004

[2] Montalban, M.V. Les mers du Sud, Paris, Gallimard, Folio 10-18, 1988, p. 58.

[3] Une expression de Simenon qui connaissait bien les villes du Nord (dans Les inconnus dans la maison, 1940).

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Quelques citations pour commencer…

« Voyage : doit être fait rapidement. » Flaubert, Dictionnaire des idées reçues.

« Le voyage me semble un exercice profitable. L’âme y a une continuelle excitation à remarquer les choses inconnues et nouvelles… Je ne sache point meilleure école à former la vie » Montaigne, Journal de voyage en Italie.

« Le voyage qui m’a fait voir des choses… qu’un homme de lettres sédentaire ne devinerait pas en mille ans. »     Stendhal, Correspondance.

 « On me montra La Pérouse dans la foule (…)  J’écoutais tout, je regardais tout, sans dire une parole mais la nuit suivante, plus de sommeil : je la passais à livrer en imagination des combats, ou à découvrir des terres inconnues. » Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe, livre II, chap. 8.

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts