Biographie et histoire des sciences : l'exemple des voyageurs naturalistes

Date 1 juin 2009

Comment peut-on écrire la biographie d’un naturaliste voyageur ?

 

« Une biographie de Luther ? Non. Un jugement sur Luther, pas davantage. »

Lucien Febvre, Un destin : Martin Luther, Paris, PUF, 1927.

 

Avant d’entrevoir les limites, les conditions et la puissance heuristique de l’écriture biographique, il faut se poser la question du droit : comment et pourquoi parler de l’identité des "naturalistes voyageurs" à une époque où la notion d'identité se confond avec l’appartenance imposée à un groupe ?

Notre premier travail sera donc d'abord construit autour de trois grands axes :

-                           une réflexion sur la biographie – le biographique comme on se plait aujourd’hui à l’appeler pour en faire un genre historique à part ; 

-                           une réflexion sur la nécessité de parler en terme d’individu puis d’identité – de groupe et de réseau - pour qualifier un voyageur naturaliste du passé et tirer des conclusions intéressantes et générales sur son œuvre, ses périples, ses récits de voyage et sa manière d’appréhender le monde ;

-                           et enfin une réflexion sur les traductions et conclusions scientifiques (essentiellement naturalistes) inspirées par les voyages.

  
 

 

 

Mais il convient donc de répondre d’abord à une autre question de droit : de quel droit écrit-on une biographie ? A l’image maintenant célèbre de ce que Marcel Proust a écrit de lui et de son travail : « Un livre est le produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices.[1] » On a considéré pendant assez longtemps en France qu’il était sans intérêt de connaître la vie privée des hommes pour comprendre leur œuvre. Cette sentence allait justifier le divorce entre histoire et biographie. Mais leur séparation date en fait de l’antiquité. C’est au IVème siècle av. J.C. que la biographie devient un genre à part entière, sous la forme du panégyrique appelé « bios » qui fonde des modèles de vertus en étudiant des personnalités éminentes selon un principe chronologique et en mettant en avant un trait fondamental de leur caractère…[2] Le mot Biographia est assez tardif : il apparaît de façon explicite au Vème siècle ap. J.C.[3], mais son caractère reste très général puisqu’il peut être appliqué à une collectivité. L’Historia, selon sa définition ne peut traiter des individus mais seulement des états. D’ailleurs, les biographes – comme Plutarque - ne se prétendent pas historiens. C’est d’ailleurs ce qui explique que biographie et histoire soient apparues en même temps : elles répondent toutes deux à des questions différentes mais pas antagonistes. La biographie appartient à la galaxie de l’érudition - la philologia – qui répond à des règles d’écriture sans commune mesure avec celles de l’histoire. La biographie est donc d’abord une pratique littéraire.  Au moyen-âge, elle s’inscrit toujours dans une forme hagiographique. On explore la nature humaine en général à partir de vies exemplaires. On fait le récit des actes de chrétiens représentatifs des canons de la sainteté et de l’héroïsme…  Mais on introduit deux caractères nouveaux :

-                            la mise en nuance des qualités du personnage traité – on trace de lui un portrait moins caricatural, on le regarde comme un homme de son temps 

-                            et surtout, on privilégie le véridique – les actes et les paroles prennent du relief parce qu’ils sont avérés et réels. [4]

La biographie sous l’ancien régime s’appelle « l’histoire personnelle » et s’insère dans une immense production de généalogie royale. Elle reprend le mythe du grand homme qui réalise de grands actes dans un grand dessein. Sans recul philosophique, sans volonté généralisatrice, elle ne parvient pas à proposer des synthèses ou des catégories que nous regardons aujourd’hui comme essentielles au travail d’historien. Elle traite d’un roi mais ne dit rien de la royauté, du pouvoir, de ses rouages et relais, de ses objectifs et moyens. En cette période, elle s’étend tout de même aux littérateurs, peintres, etc. et même aux femmes[5] !

Des nouveautés historiographiques apparaissent encore : on cherche à diversifier les sources plutôt que de répéter les portraits déjà anciens et on intensifie la mise en perspective des individus à l’exemple de Voltaire qui écrit : « Ce n’est pas seulement la vie de Louis XIV qu’on prétend écrire ; on se propose un plus grand projet. On veut essayer de peindre à la postérité, non les actions d’un seul homme, mais l’esprit des hommes dans le siècle le plus éclairé qui fut jamais.[6] »

Mais globalement, une biographie n’apprend toujours rien sur les conditions sociales de la construction des représentations, des concepts et des paradigmes scientifiques (nous usons bien sûr ici d’un anachronisme). Elle ne s’intéresse d’ailleurs que tardivement aux savants et à leurs travaux. Cela débute au XVIIIème siècle, quelques temps après la fondation de l’Académie des sciences, avec les éloges nécrologiques des académiciens lus par les secrétaires perpétuels[7]. Ces textes prennent toujours la forme d’édification intellectuelle et contribuent à la perpétuation et à l’évolution d’une certaine geste savante. Ils forment aussi le premier mode de reconnaissance identitaire des scientifiques qui se constituent en groupe social et en élite de la nation sous le regard bienveillant du pouvoir. Les éloges nécrologiques que tracent avec talent et avec perfidie Cuvier en donnent un très bon exemple.

On comprend en partie le rejet de la biographie comme forme de réécriture littéraire, subjective, partielle et partiale de l’histoire, filtrée par la description d’un seul individu – le sujet – et par les représentations d’un autre individu – le biographe qui souvent est officiel, commandité et surveillé. D’ailleurs le biographe ne semble autorisé à parler que de ses semblables devant ses semblables. Au risque de perdre en crédit scientifique. Et nous entrevoyons ici une remarque souvent faite aux historiens des sciences qui sont par définition en contact avec au moins trois «  styles de raisonnement particulier[8] », les styles de raisonnement de l’historiographie, de l’épistémologie et de leur science de référence. Sont-ils aptes à passer d’un style à l’autre aussi aisément ?  Et leurs lecteurs ? Puisqu’un quatrième style de raisonnement – d’essence littéraire – s’ajoute chez le biographe, le problème est encore plus compliqué !

Le discrédit de la biographie, déjà important au XIXème siècle, ne fait que s’accentuer au sein de l’université française durant le siècle dernier avec la spécialisation des savoirs humanistes et scientifiques. Au lendemain de la Première guerre mondiale, l’école des Annales participe - avec quelques nuances[9] - à sa relégation dans le champ de l’histoire destinée au grand public. Disons-le tout net, l’opposition à la biographie est aussi politique. Elle est liée à la dénonciation de l’idée conservatrice que seuls quelques grands hommes – les chefs, les héros – font l’Histoire.

En histoire des sciences, les idées et les travaux des grands génies écrasaient de leur superbe les vulgarisateurs, les autres savants moins connus. Les manuels scolaires actuels reprennent en grande partie cette vision positiviste, caricaturale et hagiographique. Mais c’est un autre sujet…

Pour les historiens progressistes, il s’agissait alors de compenser l’oubli qui frappait la plus large partie de la société : la population, les humbles, les masses… et les maintenait dans un passé grisâtre, informe et inconnaissable[10]. Mais peu à peu le discours universitaire change.

 

Le retour en grâce de la biographie…

 

Si Paul Veyne écrit en 1971 que la biographie « est la moins explicative »  des façons d’écrire l’histoire[11] et Pierre Bourdieu qu'elle est une « absurdité scientifique[12] », Jacques Le Goff explique quant à lui que « la biographie historique est l'une des façons les plus difficiles de faire de l'histoire[13]. » Et bientôt des travaux comme ceux d’Alain Corbin[14] montrent que l’on peut réellement changer l’angle de visée de la biographie.  On le voit, la Nouvelle histoire et la sociologie se défiaient de l’événement, de la biographie vue pour « atomistique », de la mise en intrigue et de la narration. Elles mettaient plutôt en avant la problématisation, la quantification, l’étude des permanences de longue durée et des structures. L’écriture biographique a pris en compte ces critiques et les a intégrées à sa démarche dans une véritable réactualisation de ses pratiques et méthodes. Aujourd’hui, on n’oppose plus aussi facilement « une histoire chronologique, événementielle ou anecdotique pour le grand public » à l’Histoire (avec une majuscule) réellement porteuse de sens.

Les temps changent-ils ? Gardons-nous encore d’énoncer de nouvelles généralités. Ce qui change, c’est sans doute la définition de ce qui est un objet de recherche et une source d’intérêt en histoire et en histoire des sciences en particulier. Ce qui change ce sont les traces, les archives, les outils de recherche et les concepts que l’historien des sciences mobilise. Ce sont aussi les attentes des communautés savantes et du public qui changent. Notre travail de biographe a donc eu aussi pour vocation de répondre à cette nouvelle  question de droit : pourquoi écrire une biographie (et en particulier celle d’un savant peu connu et finalement identifié comme un voyageur naturaliste) ?

Que peut-elle bien nous apprendre sur l’histoire des sciences ?  L’influence de la sociologie des sciences et de la Nouvelle Histoire se fait sentir déjà dans le choix du sujet : un savant de second plan - mais pas pour autant inconnu des historiens. C’est sans doute ici à une particularité de l’histoire des sciences que nous touchons : un savant peu connu pose d’emblée le problème de l’importance, de la signification et de la postérité de son travail scientifique. L’histoire des sciences est toujours un peu en but à l’histoire « whiggish » où il existerait des vainqueurs et des vaincus. Les oubliés faisant partie des vaincus parce qu’ils n’auraient rien apporté au progrès des sciences… Mais c’est dans la nature même des sciences que de travailler en oubliant en partie ce qui a été fait auparavant. Elle produit ainsi nécessairement une quantité énorme d’oubliés, d’inconnus, de personnages secondaires. Les influences du programme de la sociologie des sciences mais aussi de l’histoire des genres (et d’une lecture plus féministe et intimiste de l’histoire) se sont faites en sens inverse. Les « oubliés » sont eux-aussi intéressants.

Averti des difficultés, des dangers et de l’absurdité de notre étude, nous l’avons donc envisagée à l’intersection des visions internalistes et externalistes des sciences. Nous avons cherché à mêler le champ sociologique, la micro-histoire, l’histoire personnelle, l’histoire conceptuelle et l’épistémologie. Il convenait d’en finir avec le diptyque souvent raillé : "Untel : ses voyages et son œuvre scientifique".


[1] GF-Corpus sur L'Auteur, un extrait du Contre Sainte-Beuve de Proust (Texte XXI, p. 146 sq.).

[2] Caractères de Théophraste.

[3] Mais on lui préfère encore le terme « bios » et son équivalent latin « uita. »

[4] Les biographies de Saint-François ou celle de Saint-Louis par Joinville.

[5] Brantôme : Dames illustres et dames galantes (1655-1666).

[6] Siècle de Louis XIV.

[7] De Fontenelle à Condorcet…

[8] Ian Hacking, « Statistical language, statistical truth and statistical reason : the self-authentification of a style of scientific reasoning », in E. McMullin, ed., The Social Dimensions of Science, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1992, p. 130-157.

[9] Comme sous la plume de Lucien Febvre qui a écrit une biographie de Martin Luther : Un destin : Martin Luther, Paris, PUF, 1927, réédité en 1968. Mais Marc Bloch regarde avec critique le travail biographique même s’il reconnaît que le « grand homme » peut servir d’entrée pour comprendre la société passée et les corps sociaux (parce que les archives le concernant sont forcément plus importantes). Fernand Braudel après 1945 reprend lui-aussi ce discours. 

[10] Ainsi, l’ouvrage de Pierre Goubert en 1966, Louis XIV et vingt millions de Français, (Paris, Fayard) replace le roi soleil dans l’ensemble de la société de son temps. Michel Foucault annonce la mort de l’individualisme occidental.

[11] Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, 1971.

[12] Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°62-63, 1986.

[13] Jacques Le Goff, Saint-Louis, Paris, Gallimard, 1996.

[14] Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d'un inconnu (1798-1876), Flammarion, 1998, rééd. coll. Champs. Alain Corbin part de sources multiples produites par l’environnement d’un individu qui n’écrit rien de lui-même… 


viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche