Pourquoi parler de savoirs naturalistes locaux et diffusés ?

Date 5 mars 2012 |

Nous préférerons dans ce site utiliser l'expression "savoirs locaux" pour désigner les savoirs naturalistes repérés, construits et mobilisés par les naturalistes voyageurs, plutôt que les expressions habituelles ou classiques : savoirs autochtones, primitifs, traditionnels, indigènes, voire paysans ou populaires...

Toutes ces expressions d'une manière ou d'une autre amalgament des savoirs de nature différente ( nous y reviendrons plus loin dans un autre billet en nous appuyant sur les travaux de Paul Hirst - HIRST 1974). Elles ont pour effet aussi de donner des valeurs différentes aux savoirs en question, à la fois sur les plans scientifique et épistémologique.

Nous cherchons ici nous pas à distinguer les savoirs locaux des savoirs qualifiés de "scientifiques" mais bien au contraire montrer la continuité historique (et parfois épistémologique) qui existe entre eux.

Le savoir scientifique est considéré comme un savoir ayant vocation à devenir universel. Il est vu pour moderne, rationnel, objectivé, codifié, uniformisé, compartimenté en différentes disciplines prétendument dénuées de visée morale ou normative et efficace dans le monde réel. Il devient, de ce fait et pour des raisons scientifiques, épistémologiques, économiques, sociales et politiques, un savoir « diffusé », c'est-à-dire réifié et mis en mouvement (pour de multiples raisons dont la rationalité n'a pas toujours été - et n'est toujours pas - la plus puissante). Il est intégré dans un processus complexe (impliquant un grand nombre d'individus et de communautés) que l'on peut résumer ainsi : un savoir est reconnu localement comme utile et efficace, il est alors recueilli, discuté (quelques fois au cours de controverses) et acclimaté (RAJ 2007). Il est ensuite validé et modélisé (souvent mathématisé). Puis, il est mobilisé et appliqué au sein des communautés savantes, avant d'être (parfois après accord des « autorités »), diffusé dans l'ensemble des sociétés : il est enseigné, vulgarisé et en quelque sorte « imposé à » et/ou « adopté par » la population générale. En définitive, il est approprié et mondialisé. Mais, fait important : il subit alors des formes de « relocalisation » car il va être mobilisé avec certains « petits aménagements » afin d'être utile et efficace dans des contextes donnés (SCOTT 1998). Tout savoir diffusé a donc d'abord été un savoir local.

Celui-ci peut être envisagé assez simplement comme par exemple dans la Convention sur la Biodiversité entrée en vigueur en 1993 (BÉRARD & al. 2007, 7-15). Finalement, est un savoir naturaliste local toute connaissance écologique, agricole, botanique, anatomique, physiologique, zoologique, paysagère construite (parfois par échange avec des "allochtones"), testée et conservée par une communauté dans un territoire donné. Pourtant, ce savoir local, bien qu'aisèment caractérisable - par les usages, les langues et les enjeux liés à sa mobilisation (NAKASHIMA 2007, DESCOLA 2011, LEVI STRAUSS 1966) - demeure le plus souvent méjugé en raison de son lieu d'émergence et de construction (sauf depuis une trentaine d'années, depuis qu'il s'est avéré utile dans une logique de développement et dans la quête de ressources nouvelles : GUNDERSON 2002). Il est méjugé aussi parce qu'il paraît généralement limité en terme d'application : il serait trop ancré dans le contexte écologique et socioculturel local. Même si, comme un savoir diffusé, il peut devenir un savoir-pouvoir (susceptible de conférer un pouvoir réel ou symbolique à celui qui en est le dépositaire : FOUCAULT 1984), il est tout de même jugé subalterne. Il ne serait pas facilement modélisé et peu transférable car lié à des pratiques (gestes, rituels) et des récits confus ou parasites (parfois sacralisés afin d'être transmis par la tradition orale). Il serait trop « humain », trop riche et mobiliserait un « excès de savoirs » (CAVEING 2007) - dont seuls les savoirs utiles seraient conservés (AGRAWAL 2002). Mais nous le verrons plus loin, dans un autre billet, cette opposition est largement trompeuse car elle repose sur une méconnaissance importante de l'histoire et une définition tronquée des savoirs.

AGRAWAL, A. (1995). Dismantling the divide between indigenous and western knowledge. Development and Change, n°26, 413-439.

AGRAWAL, A. (2002). Classification des savoirs autochtones : la dimension politique, Revue internationale des sciences sociales, n° 173, 325-336.

BÉRARD, C. et al. (2005). Biodiversité et savoirs naturalistes locaux en France. Paris : INRA, CIRAD, IDDRI, IFB.

CAVEING, M. (2007). Savoirs et sciences selon Gérard Simon. Revue d'histoire des sciences, t. 60-61, 203-216.

CHABOT, M., LÉVESQUE, C. (2001). Les savoirs des autochtones. Contribution à la revue de littérature. Montréal : Institut national de la recherche scientifique. 

DESCOLA, P. (2011). L'écologie des autres, l'anthropologie et la question de la nature. Versailles : Quae.

FOUCAULT, M. (1984). Le pouvoir, comment s'exerce-t-il ?; Pourquoi étudier le pouvoir : la question du sujet. Dans DREYFUS, HUBERT L. & RABINOW P., Un parcours philosophique: au-delà de l'objectivité et de la subjectivité. Paris : Gallimard.

GUNDERSON L.H., HOLLING C.S. (2002). Panarchy, Understanding transformations in human and natural systems, Washington : Island Press.

HIRST, P. H. (1974). Knowledge and the curriculum. Londres & Boston : Routledge and Kegan Paul.

LÉVI-STRAUSS, C. (1966). La science sauvage. Paris : Presse Pocket.

MACHEREY, P. (2007). Histoire des savoirs et épistémologie. Revue d'histoire des sciences, t. 60-61, 217-236.

NAKASHIMA, D. (2007). Le programme de l’UNESCO sur les systèmes de savoirs locaux et autochtones. CD RIPA, Update, nº 76.

RAJ, K. (2007). Relocaling Modern Science : Circulation and the Construction of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900. Basingstoke New York : Palgrave Macmilla.

SCOTT, J. C. (1998). Seeing Like a State : How Certain Schemes to Improve the Human Condition have Failed, New Haven CT : Yale University Press.


viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Parution de notre ouvrage sur Bory de Saint-Vincent

Date 30 novembre 2009 |

Bory de Saint-Vincent (1778-1846). L'évolution d'un voyageur naturaliste.  

Parution : novembre 2009
Pages : 230 pages
Format : 150 x 215
ISBN : 978-2-84950-243-3

Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846) : ce savant oublié a écrit plusieurs milliers d’articles dans des dictionnaires ou des encyclopédies et des dizaines de livres… Il a ouvert des chantiers du savoir, a exploré maints domaines des sciences du vivant, a parfois fait fausse route ou foncé tête baissée dans d’aventureuses querelles. Du zénith académique à l’oubli, de la proximité des puissants à la solitude d’un savant en voie de désuétude, le Gascon – comme on l’appelle souvent – est un personnage de roman. Botaniste, microscopiste, anthropologue, militaire, député, voyageur assoiffé de périples, Bory personnifie l’esprit de son siècle de naissance : polémiste caustique, polygraphe iconoclaste et passionné. Se voulant homme de science et philosophe, il envisage l’histoire des êtres vivants hors du récit biblique et participe à l’édification, à la diffusion et l’acceptation de l’idée d’évolution du vivant ; il est ainsi l’un de ces fils des « Lumières finissantes » qui rêvent encore d’expliquer le monde vivant et sa diversité par de vastes et ambitieuses théories. En cette année commémorative de l’œuvre de Darwin, il fallait aussi rendre hommage à un tel savant. C’est ce que nous donne à lire Hervé Ferrière avec le récit de l’évolution de ce voyageur naturaliste.

Préface Pietro Corsi, professeur d’histoire des sciences à Oxford et l’un des plus grands connaisseurs de l’œuvre de Lamarck et des naturalistes des 18e et 19e siècles.

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Un questionnement lié à la valeur du témoignage des voyageurs : qu'est-ce qu'une preuve en biologie ?

Date 30 novembre 2009 |

Le statut de la preuve et les différents types de preuves pour un naturaliste ?

Le naturaliste voyageur est confronté dans l'histoire à une certaine valeur scientifique des données qu'il fournit.

Dans notre réflexion sur le regard porté sur les voyageurs naturalistes, il est important de considérer ce qui le modifie : 

- d'abord : les progrès techniques et méthodologiques (en lien avec une "meilleure" formation - ou plutôt une formation en adéquation avec les attentes et les besoins de la communauté savante - des voyageurs naturalistes. Autrement dit, ce sont les sédentaires et secondairement les voyageurs qui ont codifié le travail, le matériel et les conditions de production, de recueil et de validation des données. Ce mouvement est en lien avec la "professionnalisation" des scientifiques, mais aussi avec leur vocation à participer à une collective et codifiée du savoir, avec leur intégration à des réseaux qui bientôt deviennent obligatoires pour être considérés comme un scientifique de valeur... Ce changement est lui aussi en lien avec l'histoire des grandes puissances européennes et l'histoire coloniale dans la période qui nous intéresse.) ;

- ensuite les variations épistémologiques des concepts scientifiques à la base du "grand recueil" de données et d'échantillons sur la planète par les voyageurs (avec quels a priori partent les voyageurs ?) ;

- enfin les attentes de la communauté savante et du "public" des sciences naturelles... (Il conviendra de se questionner sur ce concept de public).

Il faudra questionner la chronologie de ces différentes modifications : sont-elles synchrones ? Sans doute. Elles s'inscrivent dans le mouvement de centralisation et de confiscation par les institutions savantes européennes -puis occidentalisées - des savoirs (donc en lien avec les concepts de "centre" et de "périphérie" dans l'institutionnalisation des savoirs).

Mais d'abord - parce que nous avons commencé notre réflexion sur le topos du "voyageur-menteur" - voyons ce qui sert de preuve en sciences naturelles. En étudiant ce concept et - plus tard ses variations dans le temps et l'espace - nous pensons aussi ce texte comme un simple objet de réflexion pour les naturalistes actuels (nous mettons en bleu dans le texte suivant des liens vers de textes historiques pour illustrer notre propos).

Pour commencer, quelles catégories de preuves peut-on considérer en sciences naturelles ?

1°) Les indices recueillis « sur le terrain » :  les preuves d’observation.

Bien voir, bien nommer, bien classer, bien comparer permet-il d’affirmer ?

C'est la preuve par excellence du voyageur naturaliste...

Ce type de preuve est assez particulier aux SVT : basée sur l’observation « passive » - c’est-à-dire sans aucune intervention -, la preuve repose ici sur la certitude de la valeur scientifique et heuristique de toute une démarche que nous résumerons par un acte : la comparaison (celle-ci reposant sur d'autres actions comme la mesure puis des compétences que l'on peut qualifier de mathématiques : le rangement, le tri, le classement...) On va en effet comparer les observations entre elles mais aussi et surtout avec des hypothèses émises par ailleurs. Ensuite, cette comparaison se réalise dans un cadre conceptuel prédéfini (un système de pensée ou une théorie préexistante). En effet, il semble bien qu'on n’observe scientifiquement jamais au hasard (sinon, on demeure au niveau de l’observation « commune ou générale » et on énonce seulement des constats totalement triviaux et finalement vus comme sans intérêt par la communauté savante mais peut-être pas pour un certain public).

Mais on mesure ici beaucoup mieux l'importance des écrits des scientifiques sur le terrain : carnets de notes, dessins... Ces écrits "bruts" demandent souvent à être retravaillés et c'est dans ce "second travail de l'oeil et de la main" que peut encore se voir les effets des représentations, des attentes, des certitudes du voyageur et du naturaliste.

L'étude de ces écrits intermédiaires est fondamentale. En témoignent les nombreux travaux en cours actuellement.

On n’observe pas non plus sans être conscient du caractère contingent des conditions de l’observation : le résultat de l’observation dépend de ce que l’on cherche à observer et de qui observe… Prenons deux exemples triviaux : un élève n’observe pas ce qu’observe son professeur ! Un "simple voyageur" n'observe pas ce qu'observe un voyageur naturaliste marchant à ses côtés... Est-il possible d'ailleurs à ce voyageur naturaliste de redevenir simple spectateur ? Même face à la nouveauté, à l'exotique, à l'incroyable, celui-ci n'est-il pas condamné - le terme est fort mais il montre une forme de limite à la découverte - à voir ce qu'il cherche ? Comment dans ce cas imaginer ou prétendre que le voyage peut modifier les interprétations ou les représentations du voyageur ? Comment dans ce cas prétendre que Darwin - par exemple - ait pu réellement découvrir quelque chose de nouveau en voyageant sur le Beagle ?  N'a-t-il finalement que découvert des arguments pour des idées qu'il avait a priori et qui manquaient peut-être de supports - de données - pour devenir cohérentes, descriptibles, "racontables" ou intelligibles ? Et alors, à quoi sert le voyage ? Peut-être d'abord à raconter : en écrivant (en décrivant), le voyageur met en récit ses sensations, ses perceptions, ses "découvertes" et les données qu'il a accumulées. Ce récit doit d'abord lui plaire, le convaincre, le "mettre en scène"  avant de convaincre les autres...

Nous conviendrons que cette question nous laisse dans une attente particulière : si le voyage modifie les représentations comment le fait-il ? Supposons que ce soit d'abord par l'accumulation des données nouvelles ou contradictoires avec le modèle théorique ou les références pré-établies dont disposait le voyageur. Il faut donc encore une fois que celui-ci parte avec "eux" dans "ses bagages".

On comprend aussi pourquoi, pour établir leurs travaux et en partie convaincre leurs collègues, correspondants et détracteur, les voyageurs naturalistes (et les naturalistes à leur suite) s’appuient très souvent sur une très vaste et très diverse iconographie fortement normalisée (d’où l’importance des conventions dans la production de dessin et le grand intérêt suscité par les progrès des instruments de prises de vue et d’optique dans l’histoire de la biologie).

Pensons à l'importance de l'arrivée des appareils photographiques pour les voyageurs. En ce sens, nous pouvons aller voir du côté de l'histoire de la photographie (puis du cinéma) pour mesurer l'importance des liens entre histoire des sciences, des voyages et des techniques (pensons aux premières prises de vue à l'aide de l'appareil que Monsieur Daguerre a donné à l'Académie des sciences et qui aussitôt a été utilisé en Egypte par Horace Vernet ou en Algérie par un certain Bory de Saint-Vincent). Avant l'ère du numérique, la photographie demande du temps et du talent : elle doit montrer et elle PEUT montrer aux autres ce que le naturaliste a vu sur le terrain.   

On peut reproduire un grand nombre de fois l’observation, mais celle-ci n’a d’intérêt que si elle permet, tôt ou tard, suite à la comparaison, de trouver des invariants et donc d’apporter la preuve que « quelque chose » se passe d’une « certaine manière » plutôt que d’une autre. Ce n’est pas l’observation seule, ni la répétition de l’observation qui sont des « preuves de quelque chose », c’est finalement la comparaison de ces observations (donc l’intégration de ces observations dans un processus beaucoup plus complexe de théorisation).

Alors avons-nous commencé à observer le monde qui nous entourait parce que nous étions persuadés que ces « invariants » existaient et que nous étions capables de les « découvrir » (ou de les « inventer ») ? Les voyageurs naturalistes sont sans doute partis avec cette conviction vissée au coeur sinon pourquoi partir ? Nous en revenons à une catégorie de questions qui ne déplairaient pas aux philosophes... Pourquoi et comment arrivons-nous à comprendre quelque chose à ce monde qui nous entoure ?

L’observation et la comparaison doivent être « bien faites » : c’est à cette condition qu’elles ont valeur de preuves et qu’elles nous autorisent à dire « plus » ( énoncer des propositions scientifiques !). Or, on peut très bien observer et mal conclure. C’est donc que la démarche inductive (partir d’un fait et le généraliser au rang de loi) ne peut s’appuyer sur l’observation. L’observation viendra la plupart du temps pour confirmer « quelque chose » d’autre… Une hypothèse de départ. 

D'où le soupçon qui pèse non pas toujours seulement sur l'information donnée mais aussi sur son interprétation. Pourquoi Darwin ne voit-il pas les géants patagons que d'autres avant lui avaient vus (rappelons-nous la polémique entre Anglais et Français sur ces fameux géants et à laquelle des voyageurs comme Bougainville et des penseurs comme Diderot participent) ? Darwin - dans son idée déjà évolutive des espèces mais surtout dans une conception très européenne et progressiste de la vie et de l'humain-non des géants mais des sauvages ; des sauvages qu'il plaint et qui illustrent à ses yeux les premières étapes de notre histoire, les premiers "maillons" de notre civilisation. Ils le font douter aussi du caractère "civilisé" ou "avancé" des Anglais qui l'entourent... Ils mettent en péril son équilibre et ses "certitudes" : par leur existence singulière mais aussi par leur présence nombreuse et répétée à ses côtés, ils prennent une importance sans doute plus grande pour lui que pour ses contemporains...

Comme il nous arrive de le dire face à une illusion d'optique particulièrement troublante, ce ne sont pas nos yeux qui voient mais nos yeux, notre cerveau, notre mémoire, nos expériences, nos peurs, nos phantasmes...

Revenons à cette fameuse idée d'accumulation qui valut aux naturalistes jusqu'à l'aube du XXème siècle la réputation de "collectionneurs de timbres".

En comparant un très grand nombre d’animaux on peut souligner des différences ou des points communs en fonction de critères (qu’il va falloir identifier et qui vont fonder une « méthode » de travail) et définir des ensembles de plus en plus étroits (« ces animaux sont tous vertébrés ; ils ont tous des écailles ; ils ont tous des plumes ; ils sont tous capables de voler ; ils ont tous un bréchet… ce sont des oiseaux de tel ordre ! »).

On peut comprendre pourquoi les naturalistes vont ressentir le besoin de former le regard des voyageurs qui partent sur le terrain mais aussi pourquoi il vaudra mieux dans tous les cas rapporter les "objets"  plutôt que de simples observations, descriptions ou dessins... 

On comprend mieux aussi pourquoi une méthodologie apparaît dans le recueil des informations sur le terrain (les notices de voyage, les recommandations, les cours dispensés aux voyageurs qui se multiplient à la fin du XVIII et surtout pour les grandes expéditions du XIXè). Il s'agit de former le regard et la main qui dessine et récolte.

 Mais la comparaison permet d’ordonner les observations et de leur donner un sens (vous pouvez rester des années à regarder un pigeon et ne rien apprendre sur ses relations systématiques avec les autres vertébrés…) parce qu’elle se fait avec une « arrière-pensée. »

  Ce type de preuve a un mode de production fortement lié à une accumulation de données qui peuvent paraître a priori éparses (des collections – herbiers, muséum, zoos… - regardées un peu comme des « inventaires à la Prévert ») et à la logique du langage. C’est sans doute pour cette raison que l’on a comparé les sciences de la vie (et surtout les sciences de la classification – systématique et taxonomie) à une activité de « collectionneurs », à la recherche d’une grammaire parfaite et à une mise en ordre du monde. Pendant que d'autres sciences montaient de véritables chantiers explicatifs, des modèles plus ou moins cohérents du monde sublunaire voire subatomique et de l'univers, les naturalistes traient leurs bocaux, leurs graines et leurs étamines...

 Linné se voyait comme le « nouvel Adam », donnant un nom aux animaux et aux plantes (comme Adam au paradis.) L’Homme organise le monde qui l’entoure en désignant les choses qui le compose mais selon un système défini a priori. Par exemple, la description d’une espèce animale préconisée par Linné, reposait sur des règles grammaticales et langagières très strictes.

Pour s’en convaincre, on peut lire l’éloge de Carl Von Linné (1707-1778) écrit par Félix Vicq-d’Azyr (1748-1794) et republiée en 1809 (numération Gallica de p.12 à p. 23)  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k628288

On y expose les difficultés et les notions à la base de la méthode de classification que Linné avait mise au point… Linné avait comparé les « familles » produites par diverses méthodes de classification et avait constaté que souvent ces familles étaient finalement les mêmes : c’est donc qu’il y avait un ordre dans la nature. En son temps, cet ordre ne pouvait être que « divin. » Il va changer de sens bientôt avec le chevalier J.-B. de Lamarck (1744-1829) qui va y trouver au contraire la « preuve » d’un phénomène : la transformation des espèces au cours du temps.

 Une fois que les objets sont observés, il faut les nommer et les mettre en relation les uns avec les autres. Cette mise en relation produit un « sens nouveau » : une proposition scientifique, or cette dernière n’a de valeur que parce que les observations et leurs comparaisons ultérieures sont présentées comme des preuves.

On dit avec raison « que l’on ne peut comparer que ce qui est comparable ! » Malheureusement pour le bon sens commun, bien souvent, c’est parce qu’on compare des objets très lointains que l’on découvre réellement quelque chose de nouveau. Qui, a priori, irait comparer un pigeon, un crocodile et un tyrannosaure ? Un glossopètre et une dent de squale ? Mais si l’on se permet cette comparaison, c’est parce que nous sommes convaincus a priori d’une unité (ici surtout généalogique) du vivant. On voit encore qu’avant même d’observer puis de comparer, nous oeuvrons dans un cadre conceptuel – avec des arrières-pensées…

 

C’est pourtant bien le présupposé de base de l’anatomie comparée que développe le baron George Cuvier (1769-1832) – un opposant à l’idée de l’évolution des espèces. Ce principe permettra l’émergence de la paléontologie et enfin des théories évolutionnistes : l’observation est encore essentielle mais elle se traduit par des conclusions opposées (pour Cuvier, les plans d’organisation ont été fixés une fois pour toute dès l’origine de la vie au nombre de 4 ! pour ses détracteurs, comme Etienne Geoffroy Saint-Hilaire, il n’existe qu’un seul grand plan d’organisation…)

On peut consulter les pages d’introduction de l’ouvrage de G. Cuvier Règne animal distribué d' après son organisation publié en 1817 (en particulier les pages 5 à 8 qui reprennent de nombreux termes dont nous discutons ici… Texte numérisé) :  

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k88102h

Et aussi dans le Discours sur les révolutions de la surface du globe (1825), du même auteur, les premières pages d’introduction (les pages 2 à 6, dans lesquelles on s’autorise maintenant,  parce qu’on a la certitude de la justesse des observations et de leur valeur de preuve, à comparer des espèces fossiles avec des espèces actuelles : on va pouvoir reconstruire des mondes anciens !)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110696n

Il fallait avant de pouvoir faire cela, totalement changer son regard sur les fossiles : leur donner un autre  « sens » que celui qu’ils avaient auparavant (des espèces punies ou des êtres tués lors du déluge biblique.) C’est seulement ensuite que l’on pouvait produire un « récit » cohérent, une explication scientifique à leur existence et envisager que ces preuves pouvaient devenir des preuves « historiques.»

  Ces preuves basées sur des observations ne reposent en aucun cas sur une démarche hypothético-déductive et de ce fait, certains les voient comme non-scientifiques. C’est bien sûr un type de preuve particulier au champ des sciences naturelles parce qu’il conduit à prouver des phénomènes plus larges qui ne peuvent pas être expérimentés mais seulement comparés. Et cela que la comparaison se fasse au même moment (comparaison synchronique entre deux êtres vivants ou deux couches de roches sur une carte), ou a deux moments différents (comparaison diachronique, au cours du développement d’un végétal, d’un phénomène atmosphérique, de l’histoire d’une espèce sur Terre, ou deux strates dans une coupe...)

De nombreuses branches des sciences naturelles reposent sur ce type de preuve :  l’anatomie comparée, l’embryologie descriptive, l’anthropologie physique, la paléontologie, la systématique, la minéralogie et la pétrologie descriptive, la phylogénie moléculaire, la vulcanologie, la paléoclimatologie…   

 2°) Prouver par le changement : les preuves historiques.

Des preuves historique, logique et discursive pour produire un récit scientifique.

 Ce type de preuve est lui aussi assez particulier aux Sciences naturelles mais très commun en Histoire. Il est lié aux preuves d’observation (c’est pourquoi nous les plaçons maintenant). Les preuves historiques ne peuvent pas être expérimentées ou dupliquées. Ce type de preuve est à la base de théories qui ne peuvent donc être « falsifiées » au sens que Popper lui a donné (Comme justement la théorie de l’évolution de Mister Darwin - qui sera alors qualifiée de « métathéorie » : c’est-à-dire « programme de recherche qui va produire des hypothèses qui, elles, seront falsifiables»).  

Les sciences naturelles se penchent en effet sur des phénomènes émergents irréversibles, des objets « changeants », qui se développent soit selon un « plan » (comme un organisme animal), soit de façon indéfinie (comme un végétal), soit de façon accidentelle mais modélisable (comme un volcan), soit selon des mécanismes difficiles à cerner dans leur ensemble (comme l’évolution de la vie).

Ce qui prouve ici quelque chose c’est le changement, la variation. Les naturalistes et en particulier les voyageurs vont alors produire des « récits », c’est-à-dire ordonner des faits selon un axe temporel.  

Ce besoin de chronologie est impératif : il conditionne la forme même que le voyageur naturaliste va donner à ses ouvrages et à ses descriptions. Mais il impose aussi une certaine vision de la nature : propice à sa mise en perspective, à sa dimension historique...

Le voyage redevient - après que nous en avons douté ! - peut-être une des causes de la nouvelle vision de la nature et des êtres vivants qui émerge entre XVIII et XXème.

Finalement, la démonstration scientifique repose ici sur notre capacité à comparer des objets d’étude qui ont entre eux des relations historiques et logiques – des relations qu’il est difficile voire impossible « d’expérimenter » directement (sinon par des modèles mathématiques : voir plus loin.) 

Les Sciences naturelles sont en effet des sciences éminemment chronologiques. Elles nécessitent une véritable mise en récit argumentée, rigoureuse et scientifique du passé à partir de faits ou de phénomènes présents – ce que l’on appelle une rétrodiction. D’où, encore une fois, le lien très fort entre ces sciences, langage et Histoire.

Le récit produit pour raconter l’histoire de la vie sur Terre est scientifique parce qu’il repose sur des faits et des preuves (« les fossiles ne sont pas les mêmes selon les âges : ils « changent » avec le temps, puis les espèces "changent" au cours du temps, et enfin une espèce disparue ne réapparaît jamais... ») Mais on ne peut évidemment pas le « voir » ni réellement l’expérimenter (voir la preuve par simulation plus loin).

On mesure aussi au passage pourquoi les sciences naturelles - et les naturalistes voyageur en particulier ? - se heurtent davantage aux pouvoirs établis et aussi aux religions que les autres sciences :

- elles produisent un autre récit de la société (repensons au supplément au voyage de Bougainville écrit par Diderot que nous citions plus tôt ?), un autre récit de la vie et de l’histoire de l’humanité que celui des textes sacrés, un récit reposant sur des faits – des preuves - mais dont l’ensemble n’a pas valeur de preuve mais de théorie, ce que ses opposants ont beau jeu de dénoncer… à l’aide d’arguments et non de preuves ! N'en déplaise aux créationnistes de tout poil.

 

On peut ainsi faire l’exercice instructif de rechercher les différents types de preuve que produit Charles Darwin (1809-1882) dans son livre sur l’Origine des espèces (1859), ouvrage qui présente sa « Théorie de la descendance » (théorie que son public va appeler « Théorie de l’évolution » et qui deviendra dans le vocabulaire courant le darwinisme ) :

http://abu.cnam.fr/cgi-bin/donner_html?espece1.

(Ouvrir le texte en version HTML et rechercher le terme dans les pages avec l’outil du navigateur.) On mesure que les preuves avancées par Darwin sont des observations actuelles (ou récentes historiquement), mais qu’elles servent à expliquer l’évolution des espèces dans le passé. Ainsi la sélection artificielle (liée à l’élevage) est-elle présentée pour une des preuves de l’existence de la sélection naturelle.

Le récit produit par les naturalistes repose sur des preuves qui vont être ordonnées en fonction du temps mais aussi parce qu’il existe des liens matériels entre des objets a priori dispersés ou « disjoints. » Ces liens (ou ces relations) sont réels même s’ils sont impossibles à observer « directement » (on ne peut pas « voir » la relation qui existe entre un pigeon, un crocodile et un dinosaure…  Il faut encore observer des caractères, ou des gènes quand c’est possible, et établir des « liens de parentés» ). Ces lien laissent donc des « traces » (des structures homologues, des gènes…) qui vont permettre de les reconstituer.

Et ne parlons pas de ces fameux ancêtres communs qui ne sont que des « reconstitutions » faites à partir des caractères nouveaux apparus dans l’évolution et conservés par tous leurs descendants mais qui n’existent pas matériellement dans les archives fossiles.

Mais attention encore à ne pas dire qu’ils sont faux et seulement imaginaires ! Ils représentent des étapes dans une reconstitution, dans un récit qui repose sur des faits disparates et dispersés (mais qui ne demeurent intelligibles scientifiquement qu'au regard d'un système théorique).  

Ici, les présupposés nécessaires à la production de la preuve sont simples : le matérialisme (les causes des changements sont matérielles et non pas magiques : elles sont d’ordre physico-chimique) et l’actualisme (les phénomènes passés sont identiques aux phénomènes présents : on peut se livrer à cette rétrodiction citée plus haut). Nul besoin de faire appel à une entité supérieure ou un designer génial.  Exit !

Ces relations peuvent être matérialisées dans des « modèles » qui sont ensuite traduits dans des textes. On voit ici que la preuve repose sur la rigueur – mais aussi les moyens rhétoriques – d’une narration ou d’un discours : le comblement des « lacunes », des métaphores ou des analogies (qui sont toutes des formes de modèles et appartiennent donc à un autre système de preuves : la modélisation). Mais le discours n’est pas pour autant « creux » - ce que dénonce à l’excès des penseurs comme le philosophe Paul Feyerabend (1924-1994) : il a un sens directement lié à ce qui peut être observé. 

 Un exemple classique de la production d’une preuve scientifique par un moyen discursif est fourni par J.B. Lamarck dans sa Philosophie zoologique (1809), premier ouvrage proposant une véritable présentation « historique » de la vie. Il indique que la classification générale des groupes animaux a toujours été présentée à l’envers : en commençant par l’Homme (espèce la plus « composée », c’est-à-dire perfectionnée) puis en enlevant des capacités pour arriver, dans une lente « dégradation », aux espèces moins parfaites (les vers.) Il va tout simplement inverser cette classification pour montrer la « gradation » (le perfectionnement historique) des espèces allant des plus simples aux plus compliquées. Ce « retournement » fournit une preuve historique de la transformation des espèces dans le temps (cliquez sur le site Lamarck, rubrique Livres / Philosophie Zoologique / chap. VIII, p. 269) :

http://www.lamarck.cnrs.fr/index.php?lang=fr

Parce que « l’ordre » mis en évidence par les classifications change de sens (il s’inscrit dans un autre cadre conceptuel : celui de Lamarck) et n’est plus « divin », il est dorénavant possible de produire un autre récit de la vie sur Terre : une histoire dont il s’agit de comprendre les moteurs, acteurs, causes, règles, « lois »…

             On peut souligner des limites à ce type de preuve en reprenant quelques termes de l’histoire de la théorie de l’évolution (mais sans pour autant remettre en cause la justesse des principes de la théorie en général !). Si nous y revenons si souvent (effet de mode ?), c'est parce qu'elle nous renvoie à un naturaliste voyageur éminent !

 La mise en récit des « faits » évolutifs nécessiterait en effet trop d’« artifices » discursifs selon ses opposants et détracteurs. Pour palier les difficultés à produire un récit complet de l’évolution de la vie, on a inventé des termes (qui sont autant de métaphores ou de catégories) : « intermédiaires », « maillons », « chaînons-manquants » ou « fossiles vivants. » Mais ces termes sont aujourd’hui regardés avec suspicion par les scientifiques puisqu’ils sont impropres.

 

De même, on a usé de modèles comme les arbres « évolutifs » pour lier les espèces fossiles et actuelles (le premier arbre ayant été proposé par Lamarck, et les plus connus historiquement, appelés « arbres Phylogénétiques » par E. Haeckel (1834-1919) pour représenter l’histoire de la vie (fin du volume 2 de son ouvrage Generelle Morphologie der Organismen... 1866, planches 1 et 7) :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k679173.pagination

 Aujourd’hui, la cladistique produit un « arbre de la vie » ou plutôt "un corail" (pour reprendre l'image préférée de Darwin fasciné par cette forme de vie qu'il ne pouvait voir aussi souvent qu'en voyageant !) et des familles qui ne reposent plus seulement sur le critère de ressemblance.

Les preuves de la cladistique (qui correspondent globalement à l’enregistrement des innovations évolutives) sont des preuves génétiques, anatomiques et morphologiques. Elles restent encore des preuves liées à l’observation mais elles servent aussi de preuves historiques.

 Les preuves liées à l’observation et les preuves historiques peuvent être illustrées par les célèbres gravures de l’ouvrage de E. Haeckel (Anthropogenie, 1874) qui sont devenues des « preuves » du lien phylogénétique entre les espèces de vertébrés grâce à l’embryogenèse.    

http://caliban.mpiz-koeln.mpg.de/~stueber/haeckel/anthropogenie1/high/IMG_4922.html

http://caliban.mpiz-koeln.mpg.de/~stueber/haeckel/anthropogenie1/high/IMG_4923.html

 3°) Fabriquer des preuves au laboratoire : les preuves expérimentale (dont les preuves  physico-chimiques.)

 La démonstration par l’absence, la variation, la maladie l’anormal, la mesure et l’instrument.

 Inexistante pendant l’antiquité, sous-estimée par Descartes (qui développe une science déductive essentiellement théorique), c’est - nous dit-on - Newton qui fait entrer l’expérience dans la démonstration scientifique. Mais la méthode expérimentale ne s’impose réellement et complètement dans les sciences de la vie qu’avec Claude Bernard (1813-1878) dans les années 1860.

 

Son texte essentiel, à notre sens, les Principes de médecine expérimentale nous permet de revenir sur les notions entrevues ici (observations et expériences) : 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k875836

Un ouvrage dans lequel Claude Bernard n’utilise qu’une seule fois l’expression « preuve expérimentale. » On peut consulter les premières pages de l’introduction dans lesquelles le développement de la méthode expérimentale est présenté. Puis cet extrait de l’Introduction à la méthode expérimentale (1865) :

http://www.philonet.fr/textes/ThexCber.html

Il convient de ne pas oublier que ces textes ont été écrits au XIXème siècle, à une époque où les objets naturels n’étaient pas vus comme de véritables systèmes complexes, intégrés, évolutifs et ayant des propriétés émergentes. La vision des faits et des objets est donc volontairement simplifiée.

 Expérimenter veut dire littéralement « faire des essais. » On va ici agir directement sur les objets étudiés et ne plus se contenter de les observer passivement. Une simple dissection n’est donc plus une observation mais une « expérience » : on suppose en disséquant que l’on va découvrir davantage (ce qui paraît évident mais ce qui correspond en fait à un a priori : on ne dissèque pas au hasard !) Mais ce n’est pas encore une expérimentation dans laquelle on fait bien davantage : en résumant, dans une expérimentation, on agit sur l’objet étudié. Le type de preuve produit par l’expérimentation se réfère à un postulat empiriste : on a tendance à nier la faculté de la raison seule à découvrir la « vérité » par des systèmes théoriques qui resteraient purement déductifs (sans confrontation d’hypothèses au « réel » par des expérimentations.)

La valeur de la preuve fournit par l’expérimentation repose sur sa reproductibilité (c’est ce qui fait sa grande force et en même temps sa faiblesse : on peut échanger des preuves de ce type mais seulement entre savants car il faut être capables de les reproduire avec du matériel... Ce type de preuves vient donc tardivement dans l’histoire, on le comprend ! ) Mais justement, ce type de preuve se heurte aussi à un obstacle lié à la nature des systèmes complexes étudiés : comment refaire en laboratoire un être vivant, une planète ou un phénomène évolutif ? Tout n’est pas « expérimentable » en SVT. Il faudra plutôt envisager des preuves par modélisation (par simulation.)

Mais dans tous les cas, comme l’explique Bachelard, l’expérimentation consiste à reconstituer un phénomène pour tester une hypothèse portant sur ce dernier. La preuve est donc construite dans un cadre a priori et dans un objectif précis (tester une hypothèse.) Le régime de preuve est donc ici hypothético-déductif.

 

On peut se questionner sur le mode de production de la preuve expérimentale, sur sa mise en scène et son acceptation par la communauté savante (la notion d’institutionnalisation.) Un exemple peut être trouvé dans la polémique à propos de la génération spontanée entre Louis Pasteur (1822-1895) et Félix-Archimède Pouchet (1800-1872.) : http://plates-formes.iufm.fr/ehst/article.php3?id_article=12

(Mettre ici en lien le rapport sur l'usage de l'EHST dans la démarche d'investigation )

Mais la preuve expérimentale en sciences naturelles st encore assez particulière, elle consiste le plus souvent en effet à « enlever » ce que l’on cherche à comprendre (des expérimentations que l’on peut qualifier de suppressives ou de négatives, à la limite du « raisonnement par l’absurde » des mathématiciens puisqu’on étudie finalement «  ce qui ne marche pas » pour mieux revenir ensuite à « ce qui marche. »)

Certains objets étudiés en biologie sont en effet très particuliers car ils remplissent des fonctions (« un foie sert à quelque chose. ») Ces objet semblent « avoir un sens » ou répondrent à une règle téléologique parce que justement, ils remplissent cette fonction (il suffit d’enlever un foie et l’on prouve à quoi il sert.) Le fait que cette fonction existe n’est pas la preuve de quoi que ce soit d’autre : dire le contraire relève du finalisme ou du providentialisme. Deux démarches totalement opposées à la démarche scientifique.  

Pourtant, pour prouver l’existence de ces fonctions et leur mécanismes sous-jacents, l’expérimentation consiste à en étudier les anomalies. Imaginez maintenant la même démarche en science physique : une seule pierre lâchée à Paris qui ne chuterait pas prouverait-elle l’existence de l’attraction terrestre ? L’anomalie – ou l’absence - apporte ou prouve plus de choses que le cas « normal. » 

Par l’expérimentation, nous observons non des phénomènes que la nature donnerait directement, mais bien les « conséquences » de nos hypothèses de départ. L’expérimentation demande donc de simplifier forcément les systèmes étudiés – par exemple d’isoler et de choisir les paramètres - pour pouvoir tester nos hypothèses. Ici, la simplification consiste à proposer des normes ou des moyennes. Celles-ci représenteraient une espèce de « normalité  naturelle », de « cas témoin » (d’où, a contrario, la fascination pour les monstres – la tératologie née dans les années 1820 – car leur existence bouleverse la norme tout en permettant de la mettre en évidence.)

Or, cette norme (par exemple la glycémie), qui peut évoluer dans le temps, ne prend un sens que lorsqu’elle est « rompue » ou détruite, car elle est par essence « triviale. » Certains faits en SVT sont trop évidents pour être pris pour points de départ à la réflexion. Ils sont à la limite de la « Lapalissade » : « tant qu’il n’est pas mort, cet animal est vivant… » La glycémie normale est de 0,8 g/l. Quelle preuve en effet peut-on tirer de ce type de « fait » ? « Faire l’expérience » de ce type de fait demeure un constat et non une preuve.

Mais pour définir cette norme, il faut expérimenter et donc utiliser des instruments techniques ainsi que des concepts physiques et chimiques : les preuves expérimentales peuvent donc aussi être physico-chimiques. Ces instruments vont servir à révéler des variations (l’hypoglycémie est mesurée chimiquement mais ses effets sont visibles sur le plan physiologique) qui ont des conséquences. Il s’agit ensuite de tester de nouvelles hypothèses pour savoir les causes des variations (un diabète ?) tout en cherchant à rendre les mécanismes mis en jeu de plus en plus simples, plus fondamentaux, univoques et matériels. Ces mécanismes sont en dernier ressort d’ordre physico-chimiques (équilibre, interactions chimiques…) La volonté de tout réduire en SVT à de tels mécanismes est qualifiée de réductionnisme, mais nous l’avons déjà dit certains phénomènes et objets sont encore rétifs face à cette démarche (Voir le débat entre réductionnisme et holisme (ou globalisme) dans les liens supplémentaires.)

La preuve expérimentale va donc s’imposer dans certains champs des SVT : les sciences qui se penchent sur des processus modifiables : génétique moléculaire, embryologie, physiologie, génétique des populations, écologie, pétrologie, sismologie… Mais finalement, elle va toujours se combiner, compte-tenu de la complexité des phénomènes et des objets étudiés, avec un autre type de preuve : les preuves liées à la modélisation, à la simulation, à des preuves mathématiques. Ce sera tout particulièrement vrai dans le domaine des sciences de la Terre.

 

4°) Prouver par le modèle et la simulation : la preuve mathématique.

 Les différents régimes de preuve sont intimement liés dans une démonstration scientifique. La preuve expérimentale s’appuie souvent sur des preuves de nature mathématique pour gagner en efficacité : les résultats d’observations et d’expérimentations sont utilisés avec des outils mathématiques et traduits en preuves mathématiques. Nous dirons que ce sont des preuves mathématiques « classiques », c’est-à-dire essentiellement statistiques. Les SVT sont les « sciences des moyennes » par excellence. Seulement, les lois statistiques ne sont pas des « lois biologiques » :  elles n’ont pas cette valeur dans le champ du vivant.

 Les « preuves » des « Lois génétiques » de Gregor Mendel illustrent ce type de preuves. Le texte Des expériences concernant l'hybridation des plantes (1865) permet de l’illustrer : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/svt/info/hist_genet/Mendel_extraits.html

Nous avons déjà vu des preuves construites en utilisant des modèles (comme les arbres phylogénétiques.) Modéliser permet de comprendre ce qui n’est pas directement accessible aux sens et à la connaissance.

Claude Bernard utilise un modèle concret (réservoir, charpente, charnière, canaux) (Canguilhem : « modèles et analogie en biologie. » ) ici, ce sont des modèles iconiques, des modèles analogiques, mais pas des modèles théorique ou théorico-mathématiques ! Bernard n’a pas encore envisagé des faits complexes, contradictoires et antagonites, des faits dialectiques…

 Exemple de l’opéron lactose de François Jacob (1920-), Jacques Monod (1910-1976) et André Lwoff (1902-1994.) Présentation d’un phénomène de régulation et d’un mécanisme chimique par une suite de modélisations. Cette modélisation est directement inspirée par les théories cybernétiques (permettant, en résumé, de traiter des situations dialectiques, c’est-à-dire de souligner et de mettre en évidence les corrélations, les antagonismes et les interactions comme une rétroaction ou une régulation croisée) développées en 1948 de Norbert Wiener (1894-1964), le concept d’information (qu’une information a un sens et peut circuler) et la théorie des systèmes développé dès 1937 par  K. L. von Bertalanffi (1901-1972) :

http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/operonlactose/

Qui peut croire que cette page correspond à un questionnement et une démonstration en science de la vie ? Mais finalement, pour comprendre ces mécanismes, il faut bien produire une narration : on décrit de nouveau un phénomène insensible, comme une nouvelle forme d’observation.

La modélisation en écologie : Lotka et Voltera dès les années 1920 en développent des modèles impressionnants. La représentation et la compréhension des systèmes écologiques et réseaux trophiques, relations entre les vivants et le biotope… nécessitent la modélisation.

Les modèles ont tendance à remplacer de plus en plus les autres types de preuves et aujourd’hui, dans la pratique théorique à l’introduction de simulation informatique, de modèles qui n’ont plus rien d’empiriques.

 Une certaine forme de modélisation et de simulation : la preuve expérimentale sans supports matériels ni naturels.

On s’interroge encore pour savoir si la simulation tient plus de l’expérimentation - un peu différente - ou plutôt de la théorie  - un outil intellectuel de plus. On peut l’envisager maintenant comme une source d’informations intermédiaires entre l’expérimentation « réelle » - si l’on se place dans une philosophie réaliste - et la théorie. La simulation fournirait des preuves informatiques « moins riches » que les preuves fournies par l’expérimentation humaine parce que ces dernières découlent d’un processus beaucoup plus complexe mêlant nos actions, nos intuitions (notre « bon sens »), nos représentations (notre « vision de la réalité et du probable ») et nos théories. Est-ce un retour à la théorie seulement où le monde sensible n’existe plus ? On crée en effet des mondes nouveaux ! Ce qui pousse à aller vers la simulation : c’est le manque de moyen financier ! mais aussi l’impossibilité de « refaire » à nouveau l’expérience… Ce qui est intéressant dans le cas de l’évolution. Cette démonstration grâce à un modèle est souvent réalisée dans le domaine des sciences des « phénomènes émergents »  (évolution des espèces, variations climatiques…). Les modèles numériques et mathématiques sont nombreux. Leur usage est pourtant vu pour des études de cas, des modélisations d’un type tout à fait étonnant : des simulations. Celles-ci sont souvent vues pour des expériences de l’esprit et des outils intellectuels. Elles bénéficient de l’aura impressionnante des mathématiques mais aussi de leur incapacité à être le « réel » des biologistes, et seulement plus qu’une forme de représentations de ce réel.

Les preuves mathématiques ont pris une place de plus en plus grande dans les démonstrations des Sciences naturelles. Modélisations et surtout simulations deviennent une nouvelle forme « d’expérimentation » virtuelles. Elles sont rencontrées dans tous les domaines des SVT, autant ceux qui étudient des mécanismes réductibles que des phénomènes très complexes ou impossibles à expérimenter : l’écologie (qui développe du Modèle d’A. J. Lotka (1880-1949) et de Vito Volterra (1860-1940) partir des années 1920), les sciences de l’évolution, la vulcanologie, la météorologie...  

Biologie et preuve : une conclusion affective.

La preuve en Sciences naturelles se construit dans une relation particulière avec les faits et les objets d’étude.

Des objets de recherche en Sciences naturelles,  comme tout « objet naturel », devraient correspondre à des réalités matérielles qui peuvent être maniées. Or qu’étudie-t-on ? Ces objets sont en soi déjà difficiles à définir : ils sont d’une diversité déconcertante. Cette tension entre unité et diversité s’exerce jusque dans les intitulés des programmes scolaires (du primaire comme du secondaire).

Il existe une relation subjective (un « affect » ou une fascination ) avec les objets étudiés en Sciences naturelles. Lorsqu’on s’intéresse à l’anthropologie par exemple, ce lien devient évident puisque nous sommes notre sujet d’étude. Nous nous sentons forcément impliqués. On peut même parler d’une véritable esthétique des Sciences naturelles, au sens où chacun va s’accaparer les objets de recherche selon ses convictions, ses goûts et ses représentations du monde.

Cet affect pose problème : on se heurte à une valeur très souvent « subjective » (parfois « sacrée ») de l’objet d’étude quand on cherche seulement à le définir. Il peut être associé à des valeurs historique, philosophique, politique et sociale évidentes. Il suffit pour s’en convaincre de donner quelques exemples : la définition de l’Homme (et à plus forte raison de notre animalité) ; la définition des sexes (et des caractéristiques qu’on leur confère socialement et psychologiquement ) ; la définition de l’espèce humaine et de ces ethnies (les « races » des siècles passées si l’on peut se permettre abusivement de superposer ces deux notions) – et des conséquences qu’elle a entraînées…

 

Pour mesurer de la valeur relative des preuves fournies sur ce sujet, on peut lire un texte écrit par Bory de Saint-Vincent (1778-1846), l’un des champions du polygénisme (partisan de l’existence de plusieurs espèces humaines) dans les années 1825, dans le Dictionnaire classique d’Histoire naturelle (1822-1831.) Rappelons que ce texte est « scientifique », or certains arguments présentés sont directement issus d’une lecture attentive de… la Bible (aller d’abord aux pages 269-270, puis lire les début de chapitre I, p. 276, et III, p. 330) :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7309x.pagination.

Ce texte servira dans quelques années de référence scientifique à Victor Schoelcher (1804-1893) pour défendre l’abolitionnisme en France (1848.) 

             Toute preuve apportée à une démonstration concernant ces définitions nous renvoie à de véritables drames historiques – esclavagisme, colonialisme, nazisme -, à des souffrances quotidiennes – sexisme, racisme - et à des enjeux qui dépassent de loin la discussion courtoise entre deux Académiciens sur un quai de la Seine… On réalise aussi la valeur relative et historique d’une preuve scientifique et de ses utilisations : on « savait » avant la démonstration génétique de l’unité de notre espèce que tous les hommes étaient issus de la même lignée. Mais qu’est-ce que cela prouve finalement ? Rien de plus que l’unité de notre espèce. Cette unité n’avait pas d’implications éthiques et politiques évidentes – sinon l’abolition ne nous paraîtrait pas si tardive. Mais avait-elle vraiment besoin d’être « prouvée » pour changer de « sens » ? C’est surtout en Sciences naturelles ue l’on perçoit l’amoralité des sciences.  

Semblables aux objets de recherche des sciences physiques, les objets des Sciences naturelles s’inscrivent parfois dans des dimensions insensibles : ils sont trop grands, trop petits, trop anciens, trop lointains, trop futurs, trop complexes… Mais ils nous ramènent aussi à des questionnements, des peurs ou à des mythes ancestraux : origine de la vie et définition du vivant,  formation de la pensée, avenir des espèces… Une « preuve » réclamée sur ces points demandent aux scientifiques d’outrepasser clairement la démonstration scientifique : il faut soit « apporter ces faits » soit « avouer son ignorance » pour, par exemple, aider les législateurs, médecins ou membres d’une société démocratique à trancher dans un débat, à énoncer des droits, des limites et donc donner ou redonner une valeur à ce que l’on pouvait voir comme un simple fait…  La preuve n’est plus « preuve » mais devient un indice, un passage, une étape, une simple catégorie nécessaire de la démarche scientifique. Conserver même le mot de « preuve » dans le discours scientifique devient source de jugements qui pourront demain nous paraître dramatiques. (Nous avons la preuve que les bacilles sont vivants, mais ne les traitons-nous pas, pour des raison hygiéniques, comme des objets – des ennemis ? Or, dans le discours sur la biodiversité, nous savons aussi qu’ils peuvent peut-être nous apporter des bénéfices… )

Non seulement une preuve en Sciences naturelles ne vient souvent que confirmer un ensemble théorique ou un cadre conceptuel a priori, mais en plus, elle a des implications éthiques et symboliques – voire psychologiques - qui ne sont que trop rarement présentées dans le cadre du travail scientifique, comme si elles en étaient totalement indépendantes. Elles en sont pourtant la traduction quotidienne et historique.

Finalement, en Sciences naturelles, les preuves sont faites pour être éprouvées – dans tous les sens du terme et jusque dans nos propres attentes et peurs -, « sur le terrain » (d'où les réflexions obligatoires en lien avec les sciences de la terre, mais aussi des thèmes d'étude comme la « sortie naturaliste » dans laquelle on peut voir un voyage naturliste en miniature et engageant dans l'esprit des enseignants les mêmes compétences chez leurs élèves), mais aussi « au labo » grâce aux modèles expérimentaux, aux simulations et aux textes historiques…

On le voit : questionner un topos comme celui de  "vogageurs-menteurs" nous a mené bien loin et à réfléchir à la notion de preuves en sciences naturelles (ce texte n'est qu'une ébauche qu'il conviendrait de lier à des écrits théoriques utilisés ici mais non cités). 

Comprendre et voyager... 

 

Le débat n’est toujours pas éteint sur la valeur scientifique des preuves historiques, il suffit (si vous avez plus d’une heure devant vous) de regarder les questions posées à M. H. Le Guyader lors d’une conférence, leur caractère agressif montre l’incompréhension de certains auditeurs : http://www.canal-u.com/canalu/chainev2/utls/programme/2033773136_la_notion_d_evolution/ 

Pour se distraire sur ce sujet, on peut aussi lire quelques pages de l’œuvre de Gustave Flaubert (1821-1880) : Bouvard et Pécuchet, sur la valeur des « preuves » des théories savantes en cours pendant les années 1870, et en particulier les paragraphes :

http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?bouvard2,1522,1541

et les suivants (jusqu’au paragraphe 1664) qui traitent de l’origine de l’Homme… à la manière de Flaubert. 

 A propos du débat entre réductionnisme et globalisme voir ce texte de René Misslim paru dans la Revue de synthèse", 2003, pp. 205-221.

 Pour approfondir sa réflexion au niveau philosophique :

http://www.philonet.fr/cours/Pens/Thexp.html

 Pour voir des conférences :

http://www.canal-u.com/canalu/chainev2/utls

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Quelques éléments de bibliographie empruntés à Marie-Noëlle Bourguet

Date 18 novembre 2009 |

 Science et voyage à l'époque moderne .

- Bourguet Marie-Noëlle, “L’explorateur”, in M. Vovelle ((dir.), L’homme des Lumières, P., Seuil, 1996. (35,10€)

- Bourguet Marie-Noëlle. "Voyage, mer et science au XVIIIe siècle." Supplément à la Revue d'histoire moderne et contemporaine 44, no. 1997/1-2 (1997), pp. 39-56.

- Bourguet Marie-Noëlle, et Licoppe Christian, "Voyages, mesures et instruments: une nouvelle expérience du monde au siècle des lumières." Annales. Histoire, Sciences sociales 52, no. 5 (1997), pp.1115-1151.

- Bourguet M-Noëlle, Licoppe Christian et Sibum H. Otto (ed.), Instruments, travel and science. Itineraries of precision from the 17th to the 20th century, London , Routledge, 2002 (introd. et ch. 3, 4, 5, 7 sur cartographie, longitude, voyages montagnards)

- Broc Numa, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, P., Ophrys, 1975 (état des connaissances et découvertes géographiques des Lumières).

- Collini Silvia, "Conseils pratiques et orientations théoriques dans les instructions pour les voyageurs (XVIIIe siècle", et Vannoni Antonella, "Les instructions pour les voyageurs : voyage, expérience et connaissance au XVIIIe siècle", in Blanckaert Claude (dir), Le terrain des sciences humaines (XVIIIe-Xxe siècles), P., L’Harmattan,1996, pp. 57-72 et 73-88

- Drouin Jean-Marc, "De Linné à Darwin: les voyageurs naturalistes", in Serres Michel (dir), Éléments d'histoire des sciences, Paris, Bordas, 1989, pp. 321-335.

-Driver Felix, Geography Militant. Cultures of Exploration and Empire, Londres, Blackwell, 2001 (ch. 1-3)

- Jardine Nicholas, Secord James et Spary Emma (éd.),.Cultures of Natural History, Cambridge, Cambrige University Press, 1996.

-Kury Lorelaï,, "Les instructions de voyage dans les expéditions scientifiques françaises (1750-1830)", Revue d'histoire des sciences 51, no. 1 (1998), pp. 65-91.

- Lecoq Danielle et Chambard Antoine (éd.), Terre à découvrir, terres à parcourir, Paris, Université Paris-7, 1996, rééd. Karthala, 2000 (théories géographiques, exploration de l'Afrique, Société de géographie). (29 €)

- Moureau François (dir.), Voyager, explorer, n° spécial de Dix-huitième siècle, n° 22, 1990, pp. 1-236.

- Rivière Jean-Loup (dir.), Cartes et figures de la terre, Paris, Centre Georges Pompidou, 1980 (en part. pp. 136-149, sur mythe de la terre australe; pp. 402-411, sur carte de France).

- Spary Emma C, Le jardin d'utopie: l'histoire naturelle en France de l'Ancien Régime à la Révolution [1e éd. angl. 2000), tr. fr. Paris, Publications scientifiques du Muséum, 2005, 407 p. (en part. chap. 2,  sur Thouin et ses correspondants).

Quelques acteurs.

Bailly André, Défricheurs d'inconnu: Peiresc, Tournefort, Adanson, Saporta, Aix-en-Provence, Edisud, 1992.

Botting Douglas, Humboldt, un savant démocrate [1973], tr. fr. Paris, Belin, 1988.

Bowler P. J., Darwin, l'homme et son influence, Paris, Flammarion, 1990.

Blunt William, Linné, le prince des botanistes (1797-1778), Paris, Belin, 1986

Davis Natalie Z., "Maria Sybilla Merian, Métamorphoses", in Juive, Catholique, Protestante. Trois femmes en marge au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1997, p.169-239 (portrait d'une femme naturaliste au Surinam).

Ferrière Hervé, Bory de Saint-Vincent (1778-1846), l'évolution d'un naturaliste voyageur, Syllepse, Coll. Matériologiques, 2009.

Gaulmier Jean, L'idéologue Volney, 1755-1820, Paris, 1955.

Lacroix Alfred, Michel Adanson au Sénégal, 1749-1753, Paris, Larose, 1938.

Laissus Yves éd., Les naturalistes français en Amérique du sud, 16e-19e siècles, Paris, CTHS, 1995 (en part., parties II et III)

Laissus Yves, "Les voyageurs naturalistes du Jardin du Roi et du Muséum d'histoire naturelle : essai de portrait-robot", Revue d'histoire des sciences, t. 34, n° 3-4, 1981, p. 260-317.

Lenay Charles, Darwin, Paris, Les Belles Lettres, 1999.

Letouzey Yvonne, Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin (1747-1834), Paris, Muséum d'histoire naturelle, 1989.

Pouliquen Monique, Les voyages de Jean-Baptiste Leblond, médecin naturaliste du roi, 1767-1802. Antilles, Amérique espagnole, Guyane, Paris, CTHS, 2001.

Programme et discipline du voyage

- Bourguet, Marie-Noëlle, "La collecte du monde : voyage et histoire naturelle (fin XVIIe siècle-début XIXe siècle)", in Le Muséum au premier siècle de son histoire (ouvr. cité § 3.), pp. 163-196.

- Collini Sylvia et Vannini Antonella, Les instructions aux voyageurs, Paris, L'harmattan, 2004.

- Kury Lorelaï, Histoire naturelle et voyages scientifiques, 1780-1830, Paris, L’Harmattan, 2001.

- Stagl, Justin, A History of Curiosity. The Theory of Travel, 1550-1800, Harwood Academic Publishers, 1995 (sur la littérature "apodémique", en particulier ch. 7 sur Volney et période révolutionnaire).

- Withers, Charles W.J., "Voyages et crédibilité. Vers une géographie de la confiance", Géographies et cultures, 33, 2000, pp. 3-17.

Expansion européenne et histoire des plantes

- Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (15e-18e), t. I: Les structures du quotidien, P., A. Colin, 1979.

- Grove Richard, "Science coloniale et naissance de l'écologie", Revue d'écologie politique, no. 2 (1992).

- ——, Green Imperialism. Colonial expansion, tropical islands edens and the origins of environmentalism, Cambridge , Cambridge University Press, 1995  (en part. ch. 5)

- Sublime indigo. Exposition Marseille, 1987, Musées de Marseille/Éditions Vilo, 1987.

- Pastoureau, Michel, Bleu. Histoire d'une couleur, Paris, Seuil, 2000.

- Raj Kapil, "Histoire d'un inventaire oublié", La Recherche, 33, juillet-août 2000, p. 78-83.

- Regourd François, "Maîtriser la nature: un enjeu colonial. Botanique et agronomie en Guyane et aux Antilles (XVIIe-XVIIIe siècles)", Revue française d'histoire d'Outre-mer, no. 322-333 (1999), p. 39-64.

- Schiebinger Londa et Swan Claudia (ed.), Colonial Botany. Science, Commerce, and Politics in the Early Modern World, Philadelphia , Univ. of Pennsylvania Press , 2005 (voyages des plantes et colonisation : études de cas).

Décrire et mesurer la terre

- Costabel Pierre et lacombe H. (dir), La figure de la terre, du 18e siècle à l'ère spatiale, Paris, Gauthier-Villars, 1988 (voir le chap. sur l’expédition de Laponie et du Pérou).

- Despoix Philippe, "Mesure du monde et représentation européenne au XVIIIe siècle. Le programme britannique de la détermination de la longitude en mer", Revue d'histoire des sciences 53, n° 2 (2000), p. 205-234.

- iliffe Robert, "Ce que Newton connut sans sortir de chez lui: Maupertuis et la forme de la terre dans les années 1730", Histoire et Mesure, 1993, 8 (3-4), p. 355-384.

- Jullien Vincent (éd.), Le calcul des longitudes, Rennes, Presses universitaires de Rennes-2, 2002 (21 €)- - LANDES David, L'heure qu'il est. Les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne [1er éd. angl. 10983], Paris, Gallimard, 1987 (ch. 9)

- Martin Jean-Pierre, La figure de la terre. Récit de l'expédition française en Laponie suédoise (1736-37), Cherbourg, 1977.

- Pelletier Monique, La carte de Cassini: l'extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, Presses de l'École des Ponts et Chaussées, 1990.

- Terrall Mary, "Représenting the earth's shape. The polemics surrounding Maupertuis's expedition to Lapland", Isis , 83, 1992, p. 218-337,

- –––, The Man Who Flattened the Earth. Maupertuis and the Sciences in the Enlightenment, Chicago & London , The University of Chicago Press, 2002 (en part. chap 4 et 5 : l'expédition de Laponie, ses retombées).

Grands voyages et exploration maritime : l'exemple des expéditions françaises

- Blais Hélène, Voyages au Grand Océan. Géographies du Pacifiqu et colonisation, 1815-1845. Paris, CTHS, 2005.

- Dunmore John et Brossard Maurice de, éd., Le voyage de Lapérouse, 1785-1788, P., Impr. nationale, 1985, 2 vol.

- Emmanuel Marthe, La France et l'exploration polaire. I. De Verrazano à La Pérouse (1523-1788), Paris, Nouvelles éd. latines, 1959.

- Faivre Jean-Paul, "Savants et navigateurs : un aspect de la coopération internationale entre 1750 et 1840", Cahiers d'histoire mondiale, 1966, pp. 98-124.

- Gaziello Catherine, L'expédition de Lapérouse, 1785-1788. Réplique française aux voyages de Cook, P., CTHS, 1984.

- Richard, Hélène, Une grande expédition scientifique au temps de la Révolution française. Le voyage de d'Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse, Paris, CTHS, 1986.

- Taillemite Étienne éd., Bougainville et ses compagnons autour du monde, Paris, Impr. nationale, 1977, 2 vol.

Explorations continentales

- Bourguet Marie-Noëlle, Lepetit Bernard, Nordman Daniel et Sinarellis Maroula dir.) L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Paris, EHESS, 1998.

- Bret Patrice éd., L'expédition d'Égypte, une entreprise des Lumières, Académie des sciences, Tec&Doc, 1999.

- Foucrier, Annie,."La preuve par les coquillages bleus : la Californie (XVIe-XVIIIe siècles), île ou péninsule ?", Genèses 40, sept. 2000, pp 33-52.

- Jacquin, Philippe, "A la recherche de la Mer de l'Ouest: l'exploration française en Amérique du Nord", in Voyager, explorer, [ouvr. cité in 4], p. 139-148.

- Surun Isabelle, Géographie de l’exploration. La carte, le terrain et le texte (Afrique occidentale, 1780-1880), thèse dactylographiée, EHESS, 2003.

Sommets montagnards et bords de mer : les nouveaux horizons du voyage

- Briffaud Serge, Naissance d’un paysage. La montagne pyrénéenne à la croisée des regards, 16e-19e siècles, Tarbes-Toulouse, 1994

- Briffaud, Serge, "Naissance d'un paysage. L'invention géologique du paysage pyrénéen à la fin du XVIIIe siècle," Revue de synthèse, no. 3-4 (1989), pp. 419-452.

- Broc Numa, Les montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue française au XVIIIe s, Paris, CTHS, 1991.

- Corbin Alain, Le territoire du vide. L'Occident et le désir de rivage (1740-1840), Paris, Aubier, 1988.

- Sigrist René et Candaux Jean-Daniel Candaux (ed), H.-B. de Saussure. Un regard sur la terre, Genève, Georg, 2001.

Rencontres et observation de l'homme : naissance de l'anthropologie

- Bachimon Philippe, Tahiti entre mythes et réalités. Essai d'histoire géographique, Paris, CTHS,1990.

- Blanckaert, Claude, "1800 - Le moment "naturaliste" des sciences de l'homme," Revue d'histoire des sciences humaines, no. 3 (2000), pp. 117-160.

- Bravo, Michael T., "Ethnological Encounters." In Cultures of Natural History, edited by Nicholas Jardine, James Secord et Emma Spary,. Cambridge, Cambrige University Press, 1996, 338-357

 - Chappey, Jean-Luc, La Société des Observateurs de l' Homme, 1799 - 1804 : des anthropologues au temps de Bonaparte, Bibliothèque d'histoire révolutionnaire; 5, Paris, Société des Etudes Robespierristes, 2002.

- Duchet Michèle, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières [1971], rééd. Paris, A. Michel, 1995.

- Sahlins Marshall, Des îles dans l'histoire, tr. fr. Paris, Gallimard/Le Seuil, 1985

 - Smith Bernard, European vision and the south Pacific, Newhaven, Yale University Press, 1988.

- —–., Imagining the Pacific. In the wake of Cook, Newhaven, Yale University Press, 1992.

- Thomas, Nicholas, Entangled objects. Exchange, Material culture, and Colonialism in the Pacific. Cambridge et Londres, Harvard University Press, 1991.

 Voyage, science et littérature

-  Andries Lise, Robinson, Paris, éd. Autrement, 1996.

- Briffaud Serge. "Le temps du paysage. Alexandre de Humboldt et la géohistoire du sentiment de la nature", dans Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l'émergence des sciences humaines (1750-1850), Hélène Blais et Isabelle Laboulais (éd.), Paris, L'Harmattan, 2006, pp. 275-302.

- Fulford Tim, Lee Debbie et Kitson Peter J.(éd.), Literature, Science, and Exploration in the Romantic Era : Bodies of Knowledge,, Cambridge Studies in Romanticism Series. Cambridge: Cambridge University Press, 2004 (surtout sur l'exemple anglais, autour de Joseph Banks, etc.).

-Pomeau René, "Voyage et lumières dans la littérature française du XVIIIe siècle", Studies on Voltaire, LVII, 1967, p. 1269-1289.

- Pratt Mary Louise, Imperial Eyes, Travel Writing and Transculturation, London , Routledge, 1992.

- Vibard, Eric, Tahiti. Naissance d'un paradis au siècle des Lumières, Paris, Éd. Complexe, 1987.

- Weber Anne-Gaëlle, À beau mentir qui vient de loin... Savants, voyageurs et romanciers au XIXe siècle, Paris, Champion, 2004 (sur l'écriture de Cuvier, Humboldt, Darwin)

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Un exemple de voyageur naturaliste : J.-B. Bory de Saint-Vincent (1778-1846)

Date 18 novembre 2009 |

L'exemple d'une passion argumentée pour le voyage : le cas de Bory de Saint-Vincent (sujet de notre thèse et de notre premier ouvrage).  

Comme Stendhal, qui « ne serait plus lui-même s’il n’était saisi, inlassablement, de la folle passion de partir, de quêter les paysages et la singularité de l’ailleurs. Reiseinfieber, fièvre des voyage, disent les Allemands[1]», Bory est toujours sur le départ. Campant partout, réellement chez lui nulle part. Il goutte des pays les paysages, les productions naturelles, les femmes, quelques fois les mots (les langues ne sont pas maîtrisées mais baragouinées à l’image de l’espagnol) et l’histoire (il aime à plonger dans des considérations sur l’organisation sociale des pays visités mais dans un but essentiellement critique, pour vanter en retour la République ou du moins les bienfaits de la Révolution, notamment en matière de religiosité), et rarement la littérature ou les arts (son séjour en Prusse ne s’accompagne pas dans l’instant d’une découverte de la littérature de Schiller ni même de la musique : c’est plus tard, en prison, qu’il réclame à ses amis du dehors, des œuvres allemandes.) Les sciences et les scientifiques des régions visitées forment les centres d’intérêt, sans doute pour des raisons pratiques (les savants l’accueillent) et liés à sa volonté de partager (les fameux échanges de plantes, les longues correspondances pas toujours fidèles de son côté) de se faire connaître (la recherche de notoriété.)

Bory s’inscrit dans une histoire qui ne pourra qu’être esquissée ici dans ce post en attendant d'être confronté à ses "semblables" (dans une recherche prosopographique que l'on se propose justement d'ébaucher) : celle des voyageurs, mais surtout de l’appel des rivages lointains. Comme Gauguin et le cadre affairé du troisième millénaire, ce sont les pays ensoleillés qui l’attirent. Le mythe de Tahiti et du paradis originel habitent sa pensée comme une certitude. Il entend l’appel du Sud qui vient encore résonner sur les affiches publicitaires nous entourant, cet appel qui parcoure les littératures moroses et désabusées de ceux qui ont connu ou trop rêvés les tropiques, de Konrad à Manuel Vasquez Montalban : « Lire jusqu’à la nuit tombée, et en hiver, voyager vers le sud[2]. »

Rien n’est plus loin de Bory que les forêts impénétrables de Pologne, les plaines boueuses de la Prusse, les flancs du Brocken, les montagnes du Harz, les rives du Danube, du Weser ou de l’Oder, les villes toujours humides et froides « passées au vernis.[3] » Le grand Nord ne l’attire pas (même si la tentation de l’Islande se fait sentir pendant l’exil, elle le quittera bien vite.) Les plaines de Moscou, qu’il a entraperçues depuis Tilsit, avaient accueilli Diderot et fait rêver deux « voisins du sud-ouest » Montaigne et Montesquieu. Beyle les avait vu de trop près. Bory cherchera les fuir. Est-ce parce que les régions polaires ou froides représentent le vrai désert ou l’absence de plantes ? Bory n’aurait pas goutter les appels entendus par les héros, humains ou non, de Jack London, même vers une forêt boréale peuplée d’espèces inconnues, de cryptogames enchanteresses.    

Bory lui, ne voit dans « ses » mers du sud que promenades et bonheur : les tropiques, n’en déplaise à certains (même ceux qui sont célébrés par les médias), ne lui paraîtront jamais tristes.  Le sud est synonyme d’un bonheur partagé –le voyage autour du monde se fera avec les amis, de découverte de nouvelles espèces – la collecte éternelle et la collection à agrandir- et de gloire au retour. Car pour Bory, peut-être comme pour les voyageurs (naturalistes ou pas), l’essentiel est tout de même de rapporter quelque chose au retour. Il faut revenir pour raconter, pour partager. Quitte à repartir, indéfiniment.


[1] LACOUTURE, Jean, Stendhal, le bonheur vagabon, Paris, Seuil, 2004

[2] Montalban, M.V. Les mers du Sud, Paris, Gallimard, Folio 10-18, 1988, p. 58.

[3] Une expression de Simenon qui connaissait bien les villes du Nord (dans Les inconnus dans la maison, 1940).

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

La réputation du Voyageur au XVIIIè et la mise en place de la tradition du voyage

Date 18 novembre 2009 |

Dès le XVIIè, la définition du voyageur était déjà claire. C'est celle du voyageur-menteur que nous citions plus tôt...

Pour Richelet dans son Dictionnaire françois contenant les mots et les choses : c’est une personne « qui fait des voyages par pure curiosité, et qui en fait des relations. Quant au voyage en soi, Richelet aimait à en dénoncer la manie qui touchait d’aucuns et aussi les nombreux dangers.

Louis de Jaucourt, dans l’article qu’il signe dans Encyclopédie de Diderot, insiste sur l’aspect pédagogique du voyage. Seulement, ce voyage se réalise dans les « états policés », en Europe donc, et permet au voyageur de mieux connaître et « sans contredit d’examiner les mœurs et les coutumes, le génie des autres nations, leur goût dominant, leurs arts, leurs sciences, leurs manufactures, et leur commerce. » Qu’en est-il des voyages au long cours ? Sans doute n'apportent-ils rien sinon le moyen de faire du commerce et de rapporter de nouveaux mensonges à colporter...

Montaigne prétendait que ces lointains voyages  n’apportaient pas autant de connaissances positives que ceux qu’on pouvait réaliser chez nos voisins européens. Mais surtout, ce sont leurs témoignages qui sont alors sujets à caution : il est en effet impossible de vérifier leurs dires.

La définition du voyageur dans l’Encyclopédie est assez négative : c’est « celui qui fait des voyages par divers motifs, et qui, quelquefois en donne des relations ; mais c’est en cela que d’ordinaire les voyageurs usent de peu de fidélité. Ils ajoutent presque toujours aux choses qu’ils ont vues, celles qu’ils pouvaient voir ; et pour ne pas laisser le récit de leurs voyages imparfait, ils rapportent ce qu’ils ont lu dans les auteurs, parce qu’ils sont premièrement trompés, de même qu’ils trompent leurs lecteurs ensuite. »

Quelques naturalistes voyageurs (comme Bory de Saint-Vincent) dans les préfaces et avertissements de leurs ouvrages, mais aussi au cœur de leurs textes, montrent qu’ils connaissent cette réputation des récits de voyage.

Il nous faudra donc aussi réfléchir à la construction du récit de voyage en regard de ce jugement négatif que l'on porte sur les voyageurs...

Le voyage garde mauvaise presse dans l’esprit des Lumières : Diderot écrivait « C’est une belle chose, mon ami, que le voyages ; mais il faut avoir perdu son père, sa mère, ses enfants, ses amis, ou n’en avoir jamais eu, pour errer, par état, sur la surface du Globe. »

La Marquise de Sévigné ajoutait : « Les voyages usent le corps, comme les équipages.[1] » Ainsi, un naturaliste qui part au loin aux environs de la Révolution sait, avant même de revenir et de publier ses récits de voyage, que ce n’est pas la seule qualité de voyageur qui peut lui ouvrir les portes des salons et des institutions savantes. Il peut même craindre le contraire.

Pourtant, a contrario, les voyageurs célèbres et talentueux sont nombreux dans cette période : Linné, La Croyère[2], Lamarck[3], Boudon de Saint-Amant[4], Palisot de Beauvois[5], La Billardière[6], Michaux[7], Geoffroy de Saint-Hilaire[8]… nombreux sont ceux qui ont voyagé, voyagent et voyageront (pensons aussi à Darwin) parce qu’il semble impératif de voir in situ, de participer à la découverte, de récolter et de rapporter vers les grands centres de construction du savoir…

Mais comment partir sans tout risquer et tout perdre, comme l’a fait à ses dépens le malheureux André Michaux ? Les voyageurs naturalistes à n’être jamais réapparus sont légions. Ceux qui accompagnaient La Pérouse n’ont pas tous eu la chance de Lesseps, renvoyé en Europe depuis le Kamtchatka, avec la première partie du journal de son Capitaine qui, bientôt, périra à Vanikoro.


[1]C’est Littré qui apporte ces deux citations dans l’article Voyage de son Dictionnaire de la langue française en 1873.

[2]Louis de l’Isle de la Croyère, astronome et géographe de l’Académie des sciences de Paris, est mort en 1741 pendant une expédition envoyée par le Tzar reconnaître les côtes de l’Amérique du Nord.

[3]Lamarck a fait quelques voyages en Europe, avant de rejoindre l’armée au rang de laquelle il connaîtra les régions méridionales de France.

[4] Boudon de Saint-Amans a voyagé aux Antilles.

[5]Palisot a vécu aux Antilles, à Saint-Domingue.

[6]La Billardière a dirigé la première expédition à la recherche de La Pérouse, avant celle d’Entrecasteaux. 

 [7] Michaux avait déjà voyagé aux Etats-Unis.

[8]Geoffroy est bien sûr un ancien d’Egypte.

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

L'exemple des écrivains voyageurs au XIXè...

Date 18 novembre 2009 |

Madame de STAËL voyage en Angleterre, en Suisse, en Italie (Corinne en 1807)), l’Autriche, en Suède et en Russie et bien sûr en Allemagne (De l’Allemagne 1813).

CONSTANT, en Angleterre, en Allemagne où il reçoit une éducation européenne qui ne déplairait pas à ZWEIG ni à Romain GARY.

CHATEAUBRIAND a beaucoup voyagé : Amérique en 1791 Belgique et Angleterre durant son premier exil et après sa blessure dans l’armée des émigrés, Italie (en tant que secrétaire de légation), en Orient (1806-1807) pendant lequel il visite la Grèce, les Lieux Saints, l’Egypte, la Tunisie et l’Espagne…

LAMARTINE : voyage de jeunesse en Italie (1811-1812), puis poste d’attaché d’ambassade à Naples, et de secrétaire d’Ambassade à Florence, voyage en Orient vers les Lieux Saints en 1832-1833 (passage en Grèce et le Liban). 

HUGO : durant sa jeunesse en Italie et Espagne… puis pendant l’exil.

MUSSET, voyage finalement peu (à Venise avec George SAND) mais écrit en 1830 ses Contes d’Espagne et d’Italie

GAUTIER, Théophile (1811-1872),  : son séjour de 6 mois en Espagne en 1840 lui donne le goût des voyages et il visitera l’Italie, la Grèce, la Turquie et la Russie… Il sera bientôt lié à la famille Journu par mariage. 

NERVAL, Gérard (1808-1851) : il ira en Italie en 1834, et fera lui-aussi son voyage en Orient (1843) et en fera un ouvrage (Voyage en Orient, 1851.)

Honoré de BALZAC : voyage en Suisse, en Russie, en Saxe.

STENDHAL, bien sûr, qui après avoir servi  en Italie dans l’armée, puis avoir accompagné Napoléon en Russie, voyagera encore en Espagne, en Allemagne… Il écrivait à sa sœur à propos de son incapacité à rester en place : « Pour les gens comme nous, s’arrêter, c’est la mort. » Et pourtant, il n’était pas physiquement apte à faire autant de voyages. Il mourra à 59 ans d’apoplexie. Pour lui, voyager est une véritable aventure qui n’a d’intérêt que par les risques qu’elle comporte.

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Quelques citations pour commencer...

Date 18 novembre 2009 |

« Voyage : doit être fait rapidement. » Flaubert, Dictionnaire des idées reçues.

« Le voyage me semble un exercice profitable. L’âme y a une continuelle excitation à remarquer les choses inconnues et nouvelles… Je ne sache point meilleure école à former la vie" Montaigne, Journal de voyage en Italie.

« Le voyage qui m’a fait voir des choses… qu’un homme de lettres sédentaire ne devinerait pas en mille ans. »     Stendhal, Correspondance.

 « On me montra La Pérouse dans la foule (…)  J’écoutais tout, je regardais tout, sans dire une parole mais la nuit suivante, plus de sommeil : je la passais à livrer en imagination des combats, ou à découvrir des terres inconnues. » Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe, livre II, chap. 8.

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Date 18 novembre 2009 |

« Les savants sont des ambitieux de cabinet. »

Fontenelle.

 

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts

Biographie et histoire des sciences : l'exemple des voyageurs naturalistes

Date 1 juin 2009 |

Comment peut-on écrire la biographie d’un naturaliste voyageur ?

 

« Une biographie de Luther ? Non. Un jugement sur Luther, pas davantage. »

Lucien Febvre, Un destin : Martin Luther, Paris, PUF, 1927.

 

Avant d’entrevoir les limites, les conditions et la puissance heuristique de l’écriture biographique, il faut se poser la question du droit : comment et pourquoi parler de l’identité des "naturalistes voyageurs" à une époque où la notion d'identité se confond avec l’appartenance imposée à un groupe ?

Notre premier travail sera donc d'abord construit autour de trois grands axes :

-                           une réflexion sur la biographie – le biographique comme on se plait aujourd’hui à l’appeler pour en faire un genre historique à part ; 

-                           une réflexion sur la nécessité de parler en terme d’individu puis d’identité – de groupe et de réseau - pour qualifier un voyageur naturaliste du passé et tirer des conclusions intéressantes et générales sur son œuvre, ses périples, ses récits de voyage et sa manière d’appréhender le monde ;

-                           et enfin une réflexion sur les traductions et conclusions scientifiques (essentiellement naturalistes) inspirées par les voyages.

  
 

 

 

Mais il convient donc de répondre d’abord à une autre question de droit : de quel droit écrit-on une biographie ? A l’image maintenant célèbre de ce que Marcel Proust a écrit de lui et de son travail : « Un livre est le produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices.[1] » On a considéré pendant assez longtemps en France qu’il était sans intérêt de connaître la vie privée des hommes pour comprendre leur œuvre. Cette sentence allait justifier le divorce entre histoire et biographie. Mais leur séparation date en fait de l’antiquité. C’est au IVème siècle av. J.C. que la biographie devient un genre à part entière, sous la forme du panégyrique appelé « bios » qui fonde des modèles de vertus en étudiant des personnalités éminentes selon un principe chronologique et en mettant en avant un trait fondamental de leur caractère…[2] Le mot Biographia est assez tardif : il apparaît de façon explicite au Vème siècle ap. J.C.[3], mais son caractère reste très général puisqu’il peut être appliqué à une collectivité. L’Historia, selon sa définition ne peut traiter des individus mais seulement des états. D’ailleurs, les biographes – comme Plutarque - ne se prétendent pas historiens. C’est d’ailleurs ce qui explique que biographie et histoire soient apparues en même temps : elles répondent toutes deux à des questions différentes mais pas antagonistes. La biographie appartient à la galaxie de l’érudition - la philologia – qui répond à des règles d’écriture sans commune mesure avec celles de l’histoire. La biographie est donc d’abord une pratique littéraire.  Au moyen-âge, elle s’inscrit toujours dans une forme hagiographique. On explore la nature humaine en général à partir de vies exemplaires. On fait le récit des actes de chrétiens représentatifs des canons de la sainteté et de l’héroïsme…  Mais on introduit deux caractères nouveaux :

-                            la mise en nuance des qualités du personnage traité – on trace de lui un portrait moins caricatural, on le regarde comme un homme de son temps 

-                            et surtout, on privilégie le véridique – les actes et les paroles prennent du relief parce qu’ils sont avérés et réels. [4]

La biographie sous l’ancien régime s’appelle « l’histoire personnelle » et s’insère dans une immense production de généalogie royale. Elle reprend le mythe du grand homme qui réalise de grands actes dans un grand dessein. Sans recul philosophique, sans volonté généralisatrice, elle ne parvient pas à proposer des synthèses ou des catégories que nous regardons aujourd’hui comme essentielles au travail d’historien. Elle traite d’un roi mais ne dit rien de la royauté, du pouvoir, de ses rouages et relais, de ses objectifs et moyens. En cette période, elle s’étend tout de même aux littérateurs, peintres, etc. et même aux femmes[5] !

Des nouveautés historiographiques apparaissent encore : on cherche à diversifier les sources plutôt que de répéter les portraits déjà anciens et on intensifie la mise en perspective des individus à l’exemple de Voltaire qui écrit : « Ce n’est pas seulement la vie de Louis XIV qu’on prétend écrire ; on se propose un plus grand projet. On veut essayer de peindre à la postérité, non les actions d’un seul homme, mais l’esprit des hommes dans le siècle le plus éclairé qui fut jamais.[6] »

Mais globalement, une biographie n’apprend toujours rien sur les conditions sociales de la construction des représentations, des concepts et des paradigmes scientifiques (nous usons bien sûr ici d’un anachronisme). Elle ne s’intéresse d’ailleurs que tardivement aux savants et à leurs travaux. Cela débute au XVIIIème siècle, quelques temps après la fondation de l’Académie des sciences, avec les éloges nécrologiques des académiciens lus par les secrétaires perpétuels[7]. Ces textes prennent toujours la forme d’édification intellectuelle et contribuent à la perpétuation et à l’évolution d’une certaine geste savante. Ils forment aussi le premier mode de reconnaissance identitaire des scientifiques qui se constituent en groupe social et en élite de la nation sous le regard bienveillant du pouvoir. Les éloges nécrologiques que tracent avec talent et avec perfidie Cuvier en donnent un très bon exemple.

On comprend en partie le rejet de la biographie comme forme de réécriture littéraire, subjective, partielle et partiale de l’histoire, filtrée par la description d’un seul individu – le sujet – et par les représentations d’un autre individu – le biographe qui souvent est officiel, commandité et surveillé. D’ailleurs le biographe ne semble autorisé à parler que de ses semblables devant ses semblables. Au risque de perdre en crédit scientifique. Et nous entrevoyons ici une remarque souvent faite aux historiens des sciences qui sont par définition en contact avec au moins trois «  styles de raisonnement particulier[8] », les styles de raisonnement de l’historiographie, de l’épistémologie et de leur science de référence. Sont-ils aptes à passer d’un style à l’autre aussi aisément ?  Et leurs lecteurs ? Puisqu’un quatrième style de raisonnement – d’essence littéraire – s’ajoute chez le biographe, le problème est encore plus compliqué !

Le discrédit de la biographie, déjà important au XIXème siècle, ne fait que s’accentuer au sein de l’université française durant le siècle dernier avec la spécialisation des savoirs humanistes et scientifiques. Au lendemain de la Première guerre mondiale, l’école des Annales participe - avec quelques nuances[9] - à sa relégation dans le champ de l’histoire destinée au grand public. Disons-le tout net, l’opposition à la biographie est aussi politique. Elle est liée à la dénonciation de l’idée conservatrice que seuls quelques grands hommes – les chefs, les héros – font l’Histoire.

En histoire des sciences, les idées et les travaux des grands génies écrasaient de leur superbe les vulgarisateurs, les autres savants moins connus. Les manuels scolaires actuels reprennent en grande partie cette vision positiviste, caricaturale et hagiographique. Mais c’est un autre sujet…

Pour les historiens progressistes, il s’agissait alors de compenser l’oubli qui frappait la plus large partie de la société : la population, les humbles, les masses… et les maintenait dans un passé grisâtre, informe et inconnaissable[10]. Mais peu à peu le discours universitaire change.

 

Le retour en grâce de la biographie…

 

Si Paul Veyne écrit en 1971 que la biographie « est la moins explicative »  des façons d’écrire l’histoire[11] et Pierre Bourdieu qu'elle est une « absurdité scientifique[12] », Jacques Le Goff explique quant à lui que « la biographie historique est l'une des façons les plus difficiles de faire de l'histoire[13]. » Et bientôt des travaux comme ceux d’Alain Corbin[14] montrent que l’on peut réellement changer l’angle de visée de la biographie.  On le voit, la Nouvelle histoire et la sociologie se défiaient de l’événement, de la biographie vue pour « atomistique », de la mise en intrigue et de la narration. Elles mettaient plutôt en avant la problématisation, la quantification, l’étude des permanences de longue durée et des structures. L’écriture biographique a pris en compte ces critiques et les a intégrées à sa démarche dans une véritable réactualisation de ses pratiques et méthodes. Aujourd’hui, on n’oppose plus aussi facilement « une histoire chronologique, événementielle ou anecdotique pour le grand public » à l’Histoire (avec une majuscule) réellement porteuse de sens.

Les temps changent-ils ? Gardons-nous encore d’énoncer de nouvelles généralités. Ce qui change, c’est sans doute la définition de ce qui est un objet de recherche et une source d’intérêt en histoire et en histoire des sciences en particulier. Ce qui change ce sont les traces, les archives, les outils de recherche et les concepts que l’historien des sciences mobilise. Ce sont aussi les attentes des communautés savantes et du public qui changent. Notre travail de biographe a donc eu aussi pour vocation de répondre à cette nouvelle  question de droit : pourquoi écrire une biographie (et en particulier celle d’un savant peu connu et finalement identifié comme un voyageur naturaliste) ?

Que peut-elle bien nous apprendre sur l’histoire des sciences ?  L’influence de la sociologie des sciences et de la Nouvelle Histoire se fait sentir déjà dans le choix du sujet : un savant de second plan - mais pas pour autant inconnu des historiens. C’est sans doute ici à une particularité de l’histoire des sciences que nous touchons : un savant peu connu pose d’emblée le problème de l’importance, de la signification et de la postérité de son travail scientifique. L’histoire des sciences est toujours un peu en but à l’histoire « whiggish » où il existerait des vainqueurs et des vaincus. Les oubliés faisant partie des vaincus parce qu’ils n’auraient rien apporté au progrès des sciences… Mais c’est dans la nature même des sciences que de travailler en oubliant en partie ce qui a été fait auparavant. Elle produit ainsi nécessairement une quantité énorme d’oubliés, d’inconnus, de personnages secondaires. Les influences du programme de la sociologie des sciences mais aussi de l’histoire des genres (et d’une lecture plus féministe et intimiste de l’histoire) se sont faites en sens inverse. Les « oubliés » sont eux-aussi intéressants.

Averti des difficultés, des dangers et de l’absurdité de notre étude, nous l’avons donc envisagée à l’intersection des visions internalistes et externalistes des sciences. Nous avons cherché à mêler le champ sociologique, la micro-histoire, l’histoire personnelle, l’histoire conceptuelle et l’épistémologie. Il convenait d’en finir avec le diptyque souvent raillé : "Untel : ses voyages et son œuvre scientifique".


[1] GF-Corpus sur L'Auteur, un extrait du Contre Sainte-Beuve de Proust (Texte XXI, p. 146 sq.).

[2] Caractères de Théophraste.

[3] Mais on lui préfère encore le terme « bios » et son équivalent latin « uita. »

[4] Les biographies de Saint-François ou celle de Saint-Louis par Joinville.

[5] Brantôme : Dames illustres et dames galantes (1655-1666).

[6] Siècle de Louis XIV.

[7] De Fontenelle à Condorcet…

[8] Ian Hacking, « Statistical language, statistical truth and statistical reason : the self-authentification of a style of scientific reasoning », in E. McMullin, ed., The Social Dimensions of Science, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1992, p. 130-157.

[9] Comme sous la plume de Lucien Febvre qui a écrit une biographie de Martin Luther : Un destin : Martin Luther, Paris, PUF, 1927, réédité en 1968. Mais Marc Bloch regarde avec critique le travail biographique même s’il reconnaît que le « grand homme » peut servir d’entrée pour comprendre la société passée et les corps sociaux (parce que les archives le concernant sont forcément plus importantes). Fernand Braudel après 1945 reprend lui-aussi ce discours. 

[10] Ainsi, l’ouvrage de Pierre Goubert en 1966, Louis XIV et vingt millions de Français, (Paris, Fayard) replace le roi soleil dans l’ensemble de la société de son temps. Michel Foucault annonce la mort de l’individualisme occidental.

[11] Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, 1971.

[12] Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°62-63, 1986.

[13] Jacques Le Goff, Saint-Louis, Paris, Gallimard, 1996.

[14] Alain Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d'un inconnu (1798-1876), Flammarion, 1998, rééd. coll. Champs. Alain Corbin part de sources multiples produites par l’environnement d’un individu qui n’écrit rien de lui-même… 

viaticus

MCF EHST Guadeloupe

More Posts